You are here: Home » Actualités » Où en est-on avec la démocratie en Afrique, 26 ans après le discours de François MITTERRAND de la Baule ?

Où en est-on avec la démocratie en Afrique, 26 ans après le discours de François MITTERRAND de la Baule ?

Où en est-on avec la démocratie en Afrique, 26 ans après le discours de François MITTERRAND de la Baule ?

A l’occasion du 20 eme anniversaire de la mort du président français, M. François MITERRAND, on se demande où nous en sommes avec l’avènement de la démocratie et le développement dans le continent africain, après la conférence de la baule qui rassemblait 37 chefs d’état africains ?
A l’ouverture de cette conférence, F.MITTERRAND a déclaré devant un parterre de chefs d’état que désormais, en Afrique : «  il ne peut y avoir de développement sans démocratie et il n’y a pas de démocratie sans développement ». Ce discours a fait le buzz à cette époque où l’Afrique était aux mains des dictateurs préoccupés seulement par leurs intérêts et ceux des puissances occidentales. Bien sûr beaucoup des gens ont applaudi car ils croyaient que par-là, le chef de la partition venait de siffler la fin de la récréation, la fin de l’impunité, la fin des violations des droits humains en Afrique !
Mais hélas c’est sans compter avec l’appui du pays colonisateur. Mais que comprend-t-on 26 ans après ? Le discours du président Français  n’a engagé que son propre chef et non le pays qu’il représentait. Et d’ailleurs, n’est-ce le même président Français qui a soutenu les hutus contre le massacre des tutsis au Rwanda EN 1994?
Cela se voit aujourd’hui car les guerres et les famines continuent à faire rage dans le continent, tout comme les violations des droits de l’homme n’ont jamais été inquiétantes notamment au Congo Brazzaville, au Burundi, AU Burkina Faso,  Cameroun, au Comores etc. Seul pays d’Afrique francophone où la démocratie et l’état de droit semble régner c’est le Bénin.
Alors de quelle démocratie parle-ton quand on voit que les coups d’états les armées ont laissé place aux coups d’états institutionnels, le Congo Brazzaville, le Cameroun, le Ruanda et les Comores sont des parfaits exemples illustrant ce retard. Mais quel développement parle-ton lorsqu’on constate avec amertume que la quasi-totalité de l’Afrique n’est pas éclairée et les Comores tiennent le haut du pavé sur ce retard?
Mbadakome

Powered by Comores infos