You are here: Home » Uncategorized » Oui, mais… Retrait de la scélérate loi d’habilitation

Oui, mais… Retrait de la scélérate loi d’habilitation

Oui, mais… Retrait de la scélérate loi d’habilitation

C’est Kiki et non «Tonton-m’a-dit» qui aurait le demander

Par ARM

     De nouveau, les réseaux sociaux comoriens ont pris feu. Ils brûlent littéralement. Leur case est plongée dans l’incendie du siècle. Les patriotes comoriens s’en donnent à cœur joie, et pour cause! Idaroussi Hamadi (Photo), formé en filtrage des moustiques dans les eaux sales de la forêt, «secrétaire général du gouvernement» transformé en Premier ministre et en Vice-président sans les titres, surtout neveu de son oncle et surnommé «Tonton-m’a-dit», a demandé au secrétaire général de l’Assemblée de l’Union des Comores le retrait de l’ignominieuse et odieuse loi d’habilitation «pour un réexamen et un complément d’informations». Il était temps, Messieurs. Il était temps. Oui, il était temps.

     Cette énième tentative de coup d’État permanent avait dégoûté tous les Comoriens aimant leur pays de manière sincère. Les valeureux et glorieux Députés comoriens ont été très dignes et patriotes, rejetant avec dédain les millions de francs comoriens de la corruption formant une enveloppe globale de 600 millions de francs comoriens (1,2 million d’euros). Dans sa demande de retrait de l’ignominie, «Tonton-m’a-dit», dont la famille est devenue une mafia rackettant tous ceux qui ont le malheur d’être confrontés à la médiocrité du Tribunal de Moroni, ne dit pas s’il a demandé la restitution des millions de francs comoriens acceptés par 10 Députés véreux et dégoûtants. Pouah!

Les Comoriens ont remporté leur première victoire contre la «Ripoux-blique» de Mitsoudjé et il y en aura d’autres, jusqu’à la chute sanglante de cette abjecte dictature familiale, clanique et villageoise. Cependant, il y a un bémol. Dans la mesure où c’est Kiki qui avait été le rédacteur de cette crapuleuse loi d’habilitation sans domaine d’action déterminé et précisé, et accessoirement le chef de la corruption l’entourant, c’est lui qui aurait dû en demander le retrait «pour un réexamen et un complément d’informations». Le principe du parallélisme des formes et des compétences l’exige: c’est l’auteur d’un acte administratif qui doit en demander sa suppression. Kiki avait été l’auteur très malhonnête, maladroit et mafieux de cette loi, et il lui appartenait d’en être le fossoyeur. Cela étant, l’irruption de «Tonton-m’a-dit» pour en demander le retrait est non seulement inapproprié sur le plan juridique, mais encore inopportune sur le plan politique parce que pouvant être interprétée comme une façon de désavouer le chaouch malgache Kiki, l’exécuteur des basses œuvres du clan de Mitsoudjé.

C’est de la cacophonie. C’est de l’amateurisme. En tout cas, ce n’est pas parce qu’il a demandé ce retrait que «Tonton-m’a-dit» va paraître plus sympathique aux yeux des Comoriens, qui voient en lui:

–     Un garçon méprisant et cassant, qui ne connaît rien aux affaires étatiques mais qui profite de l’ombre crapuleuse de son tonton pour voler, piller, s’enrichir indument et emprisonner,

–     Le voleur qui, en moins de deux ans, s’est offert une villa hollywoodien à Moroni, et d’autres gâteries coûteuses,

–     Le parvenu qui insulte même la communauté internationale et bloque l’action de l’État,

–     Le voleur qui s’était enrichi considérablement sur le dos de l’État lors de la première kleptocratie de son tonton (1999-2006) et qui avait atterri en prison, n’y sortant «provisoirement» qu’au bénéfice du faux témoignage retentissant de Bellou Magochi, qu’il fit nommer «Directeur du Cabinet de tonton en charge de la Défense», pour services rendus au clan de Mitsoudjé sur le dos de la Loi et de la morale.

Le combat n’est pas fini, et les Comoriens aimant leur pays sont appelés à la vigilance parce qu’ils vont assister à une nouvelle tentative perverse du «pouvoiriste» polygame fou Assoumani Azali Boinaheri dit Bakapihi, «Le Père qui ne prépare jamais à manger».

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Jeudi 29 novembre 2018.

Powered by Comores infos