You are here: Home » Actualités » Palais de Hamramba : Loi de l’habilitation, Nkalisi ou démocratie!

Palais de Hamramba : Loi de l’habilitation, Nkalisi ou démocratie!

Palais de Hamramba : Loi de l’habilitation, Nkalisi ou démocratie!
Le Nkalizi c’est lorsqu’on décide de faire ce qu’on veut sans tenir compte du cadre ni de la morale et la démocratie c’est l’inverse, c’est-à-dire qu’ont respecte les opinions et le cadre.

Depuis 8 h du matin, il se joue à l’intérieur de l’hémicycle il se joue un jeu du chat et la souris, entre les députés de l’opposition et les députés de la majorité présidentielles. Etant minoritaire, le président de l’Assemblée a préféré rester chez lui parce qu’il ne voyait pas comment il pouvait faire passer la fameuse loi controversée qui , en finalité, donnera Azali le droit de gouverner par ordonnance. Alors il est allé voir son médecin pour faire un arrêt maladie dont un huissier de justice a été chargé pour le remettre au vice-président Maoulana et Dholkamal afin de témoigner de sa bonne fois. Dans cette fausse maladie, l’objectif était de reporté la séance.
Au cours de la journée, nous avons appris en direct, les tentatives des corruptions et les intimidations dont ont été victimes les députés de l’opposition. Ils sont restés dignes car dans cette affaire d’habilitation, l’intérêt du pays en dépendant.
Deuxième stratégie, ils attendaient que les 17 députés de l’opposition quittent l’Assemblée pour voter cette maudite loi pendant leurs absence, mais ces derniers ont compris ce qui se tramait derrière eux et ont décidé de faire nuit débout en restant jusqu’à minuit. Pour rappel l’Assemblée a été convoquée pour le 24 novembre, donc si le président et le vice président souhait organiser un autre rendez-vous, la loi leur oblige de reconvoquer les élus officiellement. Ils ont décidé de ne pas bouger de l’hémicycle avant le 25 novembre.
En attendant le dénouement de ce bras de fer entre les deux parties, on peut comprendre que la force du pouvoir est en déclinaison ; lorsqu’on constate l’érosion qu’i s’opère autour d’Azali avec les démissions fleuves du vice-président Djanfar, celle de Karihila qui était le logiciel de la CRC, les élus mohéliens qui lui ont fait un bras d’honneur pour une fois et certains députer qui ont voté le referendum comme celui de Mitsamihouli. Enfin le pays est rentré dans le dur avec un régime qui n’a rien à cirer.
Mbadakome

Powered by Comores infos