You are here: Home » ÉDUCATION » Par un mercredi au climat incertain 14 septembre 2011 nous quitta celui que déjà on nommait 《le père de la jeunesse》.

Par un mercredi au climat incertain 14 septembre 2011 nous quitta celui que déjà on nommait 《le père de la jeunesse》.

Cheikh Ibrahim Abdourachid rendit l’âme, semant dans les coeurs toute sorte de graines de sentiments négatifs. Désolation, souci, peine, frustration. ..
Tout connaisseur de cet éminent guide a ressenti une de ces émotions à défaut d’en avoir ressenti toutes. Oui. Il était le guide et le père spirituel de quantité de générations de Mbeni, sa ville natale, et d’ailleurs. Il n’a pas été un père de sang. Allah seul sait pourquoi il a privé ce serviteur de la mission d’élever et d’éduquer 《un fils》jusqu’à ce mercredi, à tout jamais gravé dans les mémoires, où il l’a appelé à lui. Il n’avait pas fait d’enfant mais avait pris en charge l’éducation de 《tous》les enfants de son territoire natal. Que de pleurs à l’enterrement de fundi Ibrahim! Cette tristesse, cette peine et cette amertume qui se lisaient sur le visage des fidèles assistant aux funérailles témoignaient de tout ce que nous tous perdions en ce jour: un serviteur fidèle et un éducateur exemplaire.

Beaucoup de jeunes et moi particulièrement avons connu en cet homme une détermination sans faille pour la nourriture spirituelle des enfants et une parfaite culture de l’image dont devraient rêver tant d’hommes. L’image de l’homme qui fait peur sans 《jamais》punir. L’image de l’homme qui fait peur non par la violence, mais par un respect rigoureux de la responsabilité qui est la sienne.
اللهم اغفر له و ارحمه
Tu resteras toujours gravé dans nos cœur 😥

MOHAMED Issihaka

Powered by WPeMatico