You are here: Home » Uncategorized » Parti Comores Alternatives: Madjliss de l’escroquerie

Parti Comores Alternatives: Madjliss de l’escroquerie

Parti Comores Alternatives: Madjliss de l’escroquerie

Depuis quand les partis politiques organisent de Madjliss?

Par ARM

     Alors que les Comores sombrent sous les crimes vulgaires et malsains de la dictature de Mitsoudjé, les Comoriens n’ont pas le temps de s’occuper de petites historiettes sorties de l’imagination mafieuse de ceux qui ne savent que l’exagération quand il s’agit de surestimer leur propre importance, une importance imaginaire. Or, il se trouve que la coquille vide pompeusement baptisée Parti Comores Alternatives (PCA) ne connaît qu’une seule chose: l’exagération. Le prétendu PCA surestime tellement son importance qu’il se prend pour un parti politique. Est-il passé de la cueillette des raisins à la consommation excessive de l’alcool né de ce raisin? Personne ne le dit. Pourtant… Pourtant… Oui, pourtant, il doit arrêter tout de suite ses petites escroqueries en France.

Qu’on en juge! Le prétendu PCA s’est mis en tête deux folles idées. D’une part, il croit qu’il est un vrai parti politique, alors qu’il est passé de 72 à 1 seul membre. D’autre part, il va organiser un Madjliss dans une ville de la région parisienne. Cette histoire de Madjliss relève de l’escroquerie pure. C’est du vol. En effet, un Madjliss est une cérémonie au cours de laquelle une communauté villageoise ou citadine originaire de Grande-Comore lance des invitations pour collecter des fonds afin de financer un projet communautaire dans son village, dans sa ville ou dans sa région d’origine. C’est tout. Dès lors, les Comoriens vivant en France sont choqués, dégoûtés et indignés en apprenant que le prétendu PCA va organiser son opération mafieuse et récolter leur argent.

On imagine facilement que cette escroquerie a été montée parce que le membre unique du prétendu PCA a des démangeaisons cérébrales depuis que son maître de Mitsoudjé parle d’élection présidentielle anticipée en 2019. Il sait qu’il sera classé dernier, mais veut être candidat pour monnayer les voix de ses 12 électeurs. Ce membre unique du PCA voulait déjà être candidat à l’élection présidentielle fraudée de 2016, mais n’avait même pas un clou rouillé pour raccrocher un slip en kaki troué et rapiécé. Pourtant, avec un rare sens de la crânerie, il avait prétendu que la Cour constitutionnelle avait bloqué sa candidature par pure méchanceté, et sur commande. Balivernes! Foutaises! En réalité, le membre unique du prétendu PCA avait claironné partout qu’il allait bénéficier d’un financement de 2 milliards de francs comoriens (4 millions d’euros) en provenance de ce pays du Moyen-Orient pour financer sa campagne électorale. Il n’a rien vu venir et s’est livré à des mensonges éhontés.

Depuis 2016, il rampe devant le «pouvoiriste» polygame fou Assoumani Azali Boinaheri dit Bakapihi, «Le Père qui ne prépare jamais à manger», qui le prend pour un hurluberlu sans la moindre importance. Il était même son mouchard dans les mouvements de contestation en France. Mais, cela ne l’a pas affranchi de la distribution de rats. Tout ça fait que les Comoriens vivant en France sont très remontés contre cette escroquerie au Madjliss. Dites à ce Monsieur d’arrêter son char!

Ce qui est grave, c’est que le nombre des escrocs politiques comoriens en France augmente à une vitesse prodigieuse. C’est un vrai business pour escrocs…

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Mercredi 28 novembre 2018.

Powered by Comores infos