You are here: Home » Actualité » Pas de reconnaissance du fiasco électoral du 24 mars

Pas de reconnaissance du fiasco électoral du 24 mars

Pas de reconnaissance du fiasco électoral du 24 mars

Le Mouvement du 17-Février réitère ses condamnations

Communiqué du Mouvement du 17-Février

      Le Mouvement du 17-Février réitère sa décision, déjà rendue publique à deux reprises, de ne pas reconnaître les résultats du fiasco électoral du dimanche 24 mars 2019 et de ne pas se sentir concerné par la tenue d’un soi-disant second tour.

Il appelle ses partisans, ses sympathisants et tous les patriotes comoriens à se rallier activement à cette position, la seule qui soit en phase avec les choix stratégiques du combat national pour la restauration de l’État de Droit, de la libre expression du peuple et des pratiques démocratiques.

Néanmoins, le Mouvement du 17-Février constate avec une certaine déception que l’un des candidats qu’il avait soutenu au 1er tour de l’élection du Gouverneur de l’île de Mohéli, en l’occurrence le Député Saïd Baco Attoumane, s’est unilatéralement soustrait du mot d’ordre collectif, en confirmant sa présence au second tour; ce qui apporte de l’eau au moulin du régime Azali Assoumani-CRC, qui cherche à tout prix à donner un semblant de légitimité à la prochaine mascarade électorale devant consacrer la désignation de Mohamed Saïd Fazul comme Gouverneur « élu » de Mohéli, après un cours séjour au purgatoire.

Le Mouvement de 17-Février prend acte de ce regrettable revirement, retire sa confiance et son soutien à ce candidat et demande à la population de faire de même.

Par ailleurs, le M17 fait savoir que les candidats Saïd Ali Dahalane et Loutfi Attoumane n’ont jamais été de ses membres même si ces derniers temps ils s’en sont un peu rapprochés pour tenter sans succès d’y semer la confusion.

C’est dans cet esprit que ces deux candidats (Saïd Ali Dahalane et Loutfi Attoumane) n’ont pas hésité à renier leurs déclarations écrites et audio qu’ils avaient publiées volontairement, pour rejeter le 1er tour des élections.

Donc, leur soutien au candidat Mohamed Saïd Fazul ne surprend pas puisque, dès le départ, il était bien établi que tous les trois étaient les pans d’une même étoffe.

Cela ne fait que justifier l’adage selon lequel « ceux qui se ressemblent s’assemblent » et, tant mieux, parce qu’il sera plus facile à la population de les jeter ensemble et d’un seul coup au fond de la poubelle de l’Histoire.

www.lemohelien.com – Vendredi 12 avril 2019.

Powered by Comores infos