You are here: Home » Actualités » Pendant les obsèques de Chirac : Un dictateur peut en cacher un autre

Pendant les obsèques de Chirac : Un dictateur peut en cacher un autre

 Pendant les obsèques de Chirac : Un dictateur peut en cacher un autre
Une image vaut mille mots, a dit le philosophe chinois Confucius.

Cette photo où on voit Vladimir Poutine et Azali derrière est très parlante à plusieurs égards : Si c’est le hasard qui a voulu ça, c’est-à-dire  le grand dictateur Russe se place devant le petit dictateur Comorien, le colonel dicteur AZALI alias Gozibi, alors , l’expression qui dit que le hasard fait bien les choses a tous son sens ici. Et dans ce postulat, il est possible qu’un esprit divin ait facilité les choses afin de dévoiler à la face du monde le vrai visage de ce président comorien banni par son propre peuple. Mais à contrario, connaissant l’esprit machiavélique d’Azali, sa position derrière Poutine est calculée, car obnubilé par le désir d’être reconnu, le boucher de Mistoudjé a choisi un angle où forcement les caméras du monde entier vont se focaliser. Rappelez-vous de la journée de l’écologie à Paris où il s’est présenté à une tribune  où il n’était pas le bienvenu, Alexandra Benala, le sulfureux  garde rapprochée de Macron l’a humilié, en le tirant par l’avant bras. C’est un dictateur narcissique et suffisant de lui-même!
Le même Azali a besoin d’apprendre une conduite, acceptable, pour mieux se conduire dans les grands rendez-vous planétaires. Il est le seul à s’éterniser devant Macron pendant cette cérémonie solennel, voir taper  le président Macron sur l’épaule, comme s’il était devant son ami, le crieur public, Msaidié. C’est tout simplement de la vantardise comorienne de faire comme si Macron était ami.  Non seulement, il est un président illégal, mais aussi il montre une image négative du pays.
Mbadakome
 

Powered by Comores infos