You are here: Home » Darchari MIKIDACHE » Plaidoyer pour la responsabilité politique et citoyenne : notre pays n'est pas pauvre

Plaidoyer pour la responsabilité politique et citoyenne : notre pays n'est pas pauvre

Notre pays les Comores ne doit pas être gouverné sur le fondement d’une politique permanente de l’assistanat et de l’aide extérieure. Il existe des potentialités inexploitées en matière de ressources humaines, naturelles, maritimes et touristiques pour faire des Comores un pays exemplaire à l’exemple de Maurice, du Cap-Vert ou du Rwanda.

Celles et ceux qui disent que notre pays est pauvre cherchent à nous detourner les yeux sur la richesse de notre pays et sur notre capacité d’engagement de réformes salutaires :

– les ressources naturelles et épices insuffisamment valorisés et largement sous-exploités dans une stratégie de labellisation et de transformation
– notre richesse bleue : notre mer regorge de poissons et fruits de mer que nous pourrions valoriser, conditionner, transformer en produits finis et semis-finis pour la consommation locale et pour l’exportation
– notre tourisme avec la richesse de notre histoire, notre patrimoine historique qui sera bientôt inscrit sur la liste mondiale des patrimoines de l’humanité par l’UNESCO,

Nos paysages et plages magnifiques naturellement peuvent être un atout certain si une politique de protection de l’environnement est mise en place,

– la diaspora comorienne en particulier celle de la France, très dynamique et qui envoient plus de 190% du budget, soit 25% du Produit Intérieur Brut (PIB) peut constituer une ressource essentielle pour développer notre pays si des mesures novatrices et appropriées sont mises en oeuvre pour capter cette manne financière. Cette dernière a dépassé officiellement 58, 8 milliards de Francs comoriens en 2013, mais en réalité le montant réel transféré en tenant compte des envois non comptabilisés dépasse les 100 milliards…

Des stratégies efficaces existent pour orienter cet argent vers le secteur productif pour créer des emplois, de la valeur ajoutée et des ressources pour l’Etat sans pour autant augmenter les impôts :

– les recettes publiques internes doivent être davantage mobilisées…. des stratégies éprouvées pour lutter contre la corruption, pour augmenter les recouvrements fiscaux et pour réduire les detournents de fonds publics permettront de mobiliser davantage les recettes fiscales et non fiscales.

L’épargne nationale dormante dans les banques et établissements de crédit surliquides dépasse les 31 milliards de Francs comoriens en 2013 alors que beaucoup de gens y compris les politiques disent qu’il n’y a pas de budget d’investissement. Nous pouvons valoriser l’épargne Nationale et la mettre au service de l’investissement et du développement économique sous forme de fonds souverains et stratégiques de développement.

En conséquence, j’appelle en toute modestie et humilité mais avec détermination à la responsabilité de chacun en particulier des responsables politiques pour se ressaisir car notre pays n’est pas pauvre, ce sont nous-mêmes qui le rendons pauvre par nos actions ou absence d’actions.

Le dernier rapport du Fonds Monétaire International (FMI) sur les Comores a noté une dégradation de la situation financière du pays pour 2015 en raison notamment des problèmes d’énergie qui a handicapé l’activité économique et la faible mobilisation des ressources fiscales et non fiscales.. Ce même rapport à également noté et salué la mise en place de plusieurs réformes publiques notamment en matière de mobilisation de ressources financières de l’État et dont les effets pourraient de devenir réels durant l’année 2016 avec la réduction des problèmes d’énergie. J’appelle à un approfondissement et une application des réformes des finances publiques et de la collecte des ressources fiscales avec un plan pluriannuel de lutte contre le secteur informel.

Ensemble, unis, déterminés et vigilants nous pouvons agir autrement.

Oui des solutions existent à commencer par donner les meilleurs conditions pour développer l’entrepreuneuriat avec des politiques incitatives pour le secteur privé à commencer par l’énergie électrique….

Oui nous pouvons sortir notre pays du gouffre dans lequel il est tombé. Notre patriotisme, notre détermination, notre volonté citoyenne et politique. constituent une formidable force de levier pour redresser notre pays.

J’appelle à une politique d’avenir, à une politique d’égalité de chances pour tous, à une justice équitable et égale pour tous luttant contre le sentiment d’impunité avec une exemplarité des responsables politiques.

Chers compatriotes, il n’est pas trop tard.
Ensemble avec l’aide de Dieu; nous y arriverons Incha Allah.

Darchari Mikidache
Contact : ceec.comores@gmail.com
Site Web : www.ceec-comores.com

© « Copyright ©2011 AHAMED ZOUBEIRI Hakim. www.habarizacomores.com|(أخبار من جزر القمر) Tous droits réservés.

Powered by Comores infos