You are here: Home » Actualités » POLITIQUE : investiture est toujours décriée

POLITIQUE : investiture est toujours décriée

    POLITIQUE : investiture est toujours décriée
 
Réélue dès le premier tour des élections présidentielle anticipées, le président Azali Assoumani à été investi en grand pompe dans la douleure financière. Selon la radio djivani basée à Marseille et corroboree par des informations sortie au trésor public, la commission d’investiture présidée par le ministre des affaires étrangères Mohemd Elamine Soeufou à dépassé la marge financière. 
Le trésor public n’est pas en mesure d’honner certaines factures jugées non seulement insensées mais également trop élevées, dix un cadre du trésor public. 
Par le contre le président issu du holdup électoral peine à payer à honorer ses engagements . 
Des prestaires sont jusqu’à présent dans l’attente de la régularisation de leurs factures. Notamment Ab avion avec une facture de 20 millions, l’hôtel le Ritaj avec 5 millions y compris la rupture de jeune offerte par le chef de l’Etat à Beit Salam, des voitures louées pour les différentes délégations non payées, des chambres d’hôtel etc. 
S’agit d’un sabotage ou un règlement des comptes vu que le ministre des finances a était mis à côté depuis la campagne présidentielle et des gouverneurs ? 
Quelles sont les motivations et l’intérêt qui poussent le TPG et le ministre de finances à vouloir entacher cette investiture exceptionnellement réussie dans le plan protocolaire et organisationnelle?
 
Mchinda Youssouf
 

Powered by Comores infos