You are here: Home » Actualités » Pour un voyage à Paris, ils sont aux haches et machettes

Pour un voyage à Paris, ils sont aux haches et machettes

Pour un voyage à Paris, ils sont aux haches et machettes

Bravo! Ils veulent tous aller serrer la main du Président français

Par ARM

     Bientôt, même la dame-pipi de Beït-Salam se fera harakiri si on ne la met pas dans l’avion en compagnie de son chef pour aller visiter le monde. Bientôt, les écailleurs de poissons de Beït-Salam vont provoquer un génocide si on ne les laisse pas monter dans l’avion avec leur chef pour aller voir Barack Obama avant son départ de la Maison Blanche. C’est que ça swingue à mort à Beït-Salam en ce moment. Qui est qui? Personne ne le sait. Qui fait quoi? Personne ne le sait. Pendant que le navire est en train de couler, les Comoriens sont médusés face au spectacle pitoyable et pathétique qu’offrent les séides du «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani. Ces gens-là ont sorti les haches et les machettes pour s’entretuer parce qu’ils n’arrivent pas à s’entendre sur la répartition des postes. Au même moment, ils doivent gérer les revendications d’Ahmed Sambi pour ses garçons qui doivent être casés ici et là. Mais, le plus grave réside dans le fait que le «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani, qui n’a jamais été un exemple d’intelligence constructive, a licencié des milliers de Comoriens, mais se paie le luxe d’organiser des safaris dans les savanes, des excursions dans les déserts pour aller boire du lait de chameau, des escapades en amoureux aux Nations Unies, à New York, en faisant tout pour «oublier» que ces tours du monde tuent l’État comorien. Ils coûtent plus cher que les salaires cumulés de tous les fonctionnaires et agents de l’État licenciés. Et s’il ne veut pas d’accueils grandioses à Hahaya pendant ses voyages intergalactiques, c’est parce qu’il ne veut pas que des témoins gênants le voient avec ses délégations kilométriques qu’il trimballe aux quatre coins de l’univers.

     Pour son voyage à l’Assemblée générale de l’ONU, la délégation était pléthorique, mais à ce jour, personne n’a pu saisir l’utilité de ces voyageurs. Ils partent faire la fiesta, la nouba et la dolce vita à New York, mais pour des résultats nuls. Ils voyagent, et l’État comorien perd de l’argent par gaspillage. Et c’est alors que le voyage que le dictateur de Beït-Salam va effectuer à Paris du 3 au 9 octobre 2016 rend de nouveau complètement gagas ses séides en l’espace de quelques jours. Ces gens-là veulent tous débarquer à Paris pour aller serrer la main du Président François Hollande et se faire photographier à ses côtés. Au secours! Les maquignons arrivent en ville! Du coup, personne parmi les séides du «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani n’adresse la parole à l’autre. Ils veulent s’entretuer car chacun veut débarquer à Paris dans les valises de son chef. Il faut les comprendre, les pauvres chéris. Vous imaginez ce que ça représente pour eux de serrer la main du Président de la République française et de se faire photographier à ses côtés? En tout cas, ils peuvent aller se faire ridiculiser à l’Élysée, à condition qu’ils n’y prennent pas ce qui ne leur appartient pas. Le jour où Nicolae Ceausescu avait volé les robinets en or d’un Palais rattaché à la Présidence de la République en France, le Président Valéry Giscard d’Estaing était furieux. Donc, allez-y mollo, les gars. Et puis, dites-vous que ceux qui n’ont pas fait le voyage cette fois-ci le feront après, et que vous n’avez rien à gagner en vous entretuant à la hache et à la machette. Comme votre chef aime se faire photographier aux côtés de Robert G. Mugabe (Photo), vous serez bientôt au Zimbabwe pour aller chasser le lion.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Jeudi 29 septembre 2016.

Powered by Comores infos