You are here: Home » Actualités » Précampagne électorale et perte de sang-froid médiatique

Précampagne électorale et perte de sang-froid médiatique

Précampagne électorale et perte de sang-froid médiatique

Par le Docteur Ali Abdou Mdahoma

   Le journal Al-Fadjr, qui roule pour le candidat Azali Assoumani, ancien Président de l’Union des Comores, vient de s’illustrer, une fois de plus, d’une bien sinistre manière afin de semer les troubles dans les esprits et de se faire de la publicité. C’est ainsi que, dans un article volontairement diffamatoire, provocateur et tendancieux, il prétend que le Vice-président Mohamed Ali Soilihi, candidat à l’élection présidentielle pour les couleurs du pouvoir politique actuel et favori des électeurs et électrices comoriens, aurait demandé aux Directeurs des entreprises publiques d’exercer des pressions électorales sur les fonctionnaires et agents de ces sociétés d’État, les menaçant de licenciement abusif. Naturellement, même si cet article pamphlétaire a provoqué beaucoup de bruit et d’émoi, il n’est fondé sur rien. Il s’agit d’un abominable tissu de mensonges et de supputations sans fondement, ni objectivité, dont le seul but est de discréditer un candidat sérieux qui a toutes les chances de devancer ses challengers et à l’égard de qui les adversaires ne peuvent user que du travestissement et de la déformation de la vérité. D’ailleurs, quand on est sensé, on ne voit pas ce qu’on peut demander de force à un fonctionnaire et à un agent de l’État quand on sait qu’on ne peut logiquement pas les obliger à des choix non consentis. En d’autres termes, Al-Fadjr affabule et fait dans une sombre mythomanie qui, pourtant, ne trompe pas les Comoriens.

   En effet, les Comoriens, peuple mature et intelligent, ne sauraient prendre au sérieux des allégations mensongères, surtout à un moment où ils ont parfaitement compris qu’ils ne sauraient tourner le dos à l’homme d’expérience, du sérieux et de crédibilité, pour accorder leur précieux suffrages et confiance à de candidats ne présentant pas le profil adéquat pour diriger les Comores de 2016 à 2021. Les Comoriens ne veulent pas faire un saut dans l’inconnu, mais fonder leurs espoirs légitimes et réalistes sur un vecteur porteur, sur une valeur sûre, sur celui dont ils connaissent le dévouement à leur égard.

   On comprend la panique et la peur qui s’emparent d’un parti politique qui sait que son candidat n’a aucune chance de redevenir Président de l’Union des Comores. Pour autant, les Comoriens n’approuvent pas les mensonges de ceux qui n’ont que la déformation de la vérité pour seul et unique argument électoral, alors que les Comores se trouvent à la croisée des chemins.

   Le Vice-président Mohamed Ali Soilihi a une longévité politique exceptionnelle aux Comores, et celle-ci est le fruit de sa compétence et du cœur qu’il met chaque jour à se maintenir au service du peuple comorien. À ce jour, personne ne peut l’accuser d’abus de pouvoir à son égard ou à l’égard d’autrui. Le journal Al-Fadjr lui-même n’a avancé aucune preuve de ses graves accusations et affabulations, et croit qu’on fait gagner un candidat discrédité en essayant d’endormir un peuple éveillé. Il est de notoriété publique que le Vice-président Mohamed Ali Soilihi n’a pas fondé sa remarquable carrière d’Homme d’État sur l’injustice, et il ne s’est jamais trouvé un Comorien pour l’accuser de manœuvres indignes à son égard. Il se présente à cette élection présidentielle de 2016 avec l’idée de défendre son bon bilan de réformateur et de champion de la bonne gouvernance, et avec la ferme intention de faire prévaloir des idées novatrices qui vont permettre d’engager les Comores dans la voie du renouveau institutionnel, social, financier et économique, loin de tout amateurisme et de toute improvisation.

   Cela étant, l’idée de préparer son élection à la magistrature suprême sur la destruction de carrières de Comoriens et des malheurs familiaux qui s’ensuivent lui est complètement étrangère et ne correspond pas à son idéal d’homme d’État légaliste. D’ailleurs, pourquoi aurait-il dû intriguer alors que ses chances de se faire élire Président de la République sont totales et entières? Il aborde donc l’élection de 2016 la conscience tranquille et avec la ferme volonté de rester au service du peuple comorien, en ayant les mains propres.

Par le Docteur Ali Abdou Mdahoma

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Lundi 18 janvier 2016.

Powered by Comores infos