You are here: Home » Actualités » Présidence tournante : Le président AZALI ne veut manger le badriii

Présidence tournante : Le président AZALI ne veut manger le badriii

Présidence tournante : Le président AZALI ne veut manger le badriii
Arrivé au pouvoir pour la 3eme fois depuis l’année dernière avec son projet de s’accrocher à la tête des states-of-Comoros pendant les 20 prochaines années, le président AZALI Assoumani multiplie régulièrement les coups bas pour amener ses alliés du parti JUWA à commettre la faute qui, selon son entourage , constituerait un alibi pour les exclure du gouvernement. Persuadé que tant que SAMBI sera à ses cotés, son idée de couper la tête à cette foutue tournante sera un vœu pieux.  Alors, le 6 juillet, il est passé à la vitesse supérieure en invitant pas l’ancien président à la fête nationale de l’indépendance. Il cherche à tout prix le moyen qui lui permettrait de ne pas tomber dans la traîtrise aux yeux des comoriens et surtout de ne pas tomber dans le coup où on dira: AZALI hali yebadrii !(il a transgressé le serment fait devant dieu)… Ce qui ne passera pas au sein de la société pour un spirituel, nommé Imam Al-Anzali.

Connu pour un fin stratège politique, ou disons le boulanger de la place, dont il a fait preuve ces dernières années pour reconquérir le pouvoir, cette fois-ci le risque de se faire prendre dans son propre piège est apprendre au sérieux. Pour cause, le parti JUWA et son leader ont fait preuve d’une grande patience vis-à-vis de ses provocations (l’agression des députés JUWA au palais du peuple, l’humiliation de Mgomri vis-à-vis de sambi à l’aéroport, le refus d’inviter l’ancien président à l’inauguration de l’hôpital de Bambao-mtsanga) etc. D’ailleurs le communiqué du parti JUWA datant du 14 juillet est la preuve tangible que le colonel est en train de se frictionner sur un rocher. JUWA compte tenir le gouvernail quels que soient les éléments.

Le deuxième point, il ne ménage aucun effort en remuant ciel et terre pour semer le trouble chez les leaders anjouanais de tous bords, afin de recueillir leur soutien à la suppression de cette tournante dont il est l’artisan. Malgré toute son énergie, cette idée a provoqué au contraire le résultat escompté, car tous sont  unanimement contre tout projet susceptible de priver l’ile d’Anjouan de son tour de gouverner. Le danger apparent face ce à nouveau bloc, à cette coalition, ce que si le président reste dans son entêtement,  le risque d’aller droit dans le mûr est probablement beaucoup élevé. D’ailleurs  cette idée a donné naissance à un slogan en vogue en ce moment à Anjouan : 2/2, ce qui signifie 2 tournantes et 2 mandats pour chaque ile.
 
Et, si réellement il cherche une solution pouvant le conduire à sortir la tête de l’eau, seul salut reste à consulter les électeurs au lieu d’organiser des assises qui portent le terreau du vieux démon séparatiste. la consultation du peuple par voie référendaire est nécessaire car le projet des assises est un fiasco avant l’heure… Comment comprendre que ces dinosaures reconvertis au mouvement du 11 août qui ont semé le chaos, la haine et le séparatisme dans ce pays pendant près de 60 ans soient pris soudainement par l’envie de faire le bien? N’est-ce pas là demander au chercheur d’or de reconstituer la roche avec l’or déjà extrait et vendu ?

Mbadakome

Powered by Comores infos