You are here: Home » Actualités » Présidentielles 2016 : LA POLITIQUE DE L’EMPLOI AVEC LE GENERAL SALIMOU MOHAMED AMIR (Suite)

Présidentielles 2016 : LA POLITIQUE DE L’EMPLOI AVEC LE GENERAL SALIMOU MOHAMED AMIR (Suite)

Présidentielles 2016 : LA POLITIQUE DE L’EMPLOI AVEC LE GENERAL SALIMOU MOHAMED AMIR (Suite)
Mesdames, Messieurs,

Quelle politique pour l’Emploi ? Dans un premier chapitre l’équipe de campagne du Général Salimou Amir vous a fait part de l’imbrication de l’Emploi pour tous dans son programme. Aujourd’hui, nous continuons avec les autres secteurs des grands chantiers. Contrairement à des candidats qui alignent des mots sans contenu, chaque ligne du programme est murement réfléchie avec les fonds pour son application et l’apport dans l’économie nationale.

Notre pays est un ensemble d’îles dont la crise de ces dernières années est liée à la difficulté pour l’administration centrale de se rapprocher des administrés. Pour en mettre un terme, le Général Salimou compte s’appuyer sur les nouvelles technologies avec un DATA CENTER, une sorte de centralisation de toutes les activités de l’administration dans un sanctuaire sécurisé. De là, relier toutes collectivités avec leurs différentes missions. Pour cela, Comores Télécom aura une nouvelle mission celle de la propriété de ce nouveau bijoux de la technologie. L’investissement est de l’ordre de 4 à 6 milliards exclusivement par emprunt garantie par la société nationale de Télécom. Plus de 300 emplois d’ingénieurs et techniciens sont prévus.
A cela, le pays n’a plus besoins d’acheter au plus fort des équipements de son administration que l’on n’entretient pas. La création d’une société d’économie mixte de bureautique se chargera de la fourniture des équipements aux administrations moyennant des loyers mensuels. Cette société d’un capital de près de 2 milliards de FC sera pour moitié du fonds souverain, par quart des importateurs comoriens de matériels bureautiques et fournitures administratives, et pour quart d’actionnariat populaire.

Comme l’Agriculture est au centre des débats et que l’autosuffisance alimentaire est l’objectif du quinquennat, pourquoi d’une politique de remembrement ? Avec ce concept nouveau, les terrains cultivables ne pourront pas être laissés en jachère. Soit le propriétaire l’exploite lui-même soit l’état, moyennant un loyer l’exploite. D’où la nécessité de délimiter les terrains par des clôtures permettant la mécanisation. C’est pourquoi, dès la première année, le gouvernement formera 100 géomètres sur les 300 ingénieurs et techniciens de cadastre dont le pays aura besoin pour les cinq années avenir, pour commencer cette tâche. Un travail dont les urbanistes et les prévisionnistes des calamités naturelles auront besoin pour la mise en place de leur programme. Le nombre d’emplois dans le secteur agricole n’est pas évalué tant que le travail de l’occupation des sols n’est pas fait.

Au sujet de la direction de l’équipement et des infrastructures, sa mission sera redéfinit. Elle deviendra le Maitre d’Œuvre de toute la politique d’investissement public (PIP) et ce, quel que soit le bailleur (FADC, Union Européenne, Aides japonaises ou Projets divers etc. .. Les bailleurs resteront maitres d’ouvrages, mais les cahiers de charges seront du ressort de la direction des équipements. La commission des marchés aura elle-aussi le statut exclusif de dépouiller les appels d’offre en compagnie des bailleurs. L’Etat à travers cette disposition, se donne les moyens de lutter efficacement contre la corruption en multipliant les étapes de contrôles. D’ailleurs, les décaissements, se feront après un rapport d’un consuel, c’est à dire un expert judiciaire qui certifiera de l’exécution des travaux selon le format des cahiers de charges. A la fin de chaque projet, c’est un organe d’expertise national ou international selon l’investissement, complètement privé, qui statuera de la qualité du travail accompli. Les entreprises qui, jusqu’aujourd’hui se contente de corrompre certains décideurs pour avoir des marchés, et saboter le travail pour faire un maximum de profits, ne pourront pas avoir pignon sur rue.

La direction des TPI aura donc besoin d’un renforcement de ses effectifs dans les domaines du génie civil, des voiries et réseaux divers, de l’urbanisme, du paysage, de l’énergie, de l’eau etc. Il est prévu un renforcement de 200 ingénieurs et techniciens dans ce domaine, sans compter les travaux des sous-traitants.
On voit bien que des grands chantiers, certains demanderont plusieurs années comme les réseaux de de collecte des eaux usées et de traitement des déchets Les études par contre doivent commencer dès maintenant car des réseaux comme la fibre optique, l’adduction de l’eau sont des impératifs de l’heure et ne pourront donc pas attendre.

S’agissant de l’électricité, il faut savoir que près de 40% de la production disparait par effet joule en raison de la vétusté du réseau. C’est pourquoi, les nouvelles sociétés régionales de distribution électrique seront soutenues pour moderniser le réseau afin de lier la fibre à la haute tension pour les liaisons inter villes. Cela demande aussi des études préalables dont la direction de TPI aura la charge.

Jeunesse comorienne, votre choix est déterminant car soit vous décidez d’un suicide collectif, en tirant sur vous votre dernière cartouche, soit vous éliminez vos ennemis, même s’ils ont la même couleur de peau, en leur visant avec l’arme fatale dont vous disposez : le vote.

La direction de campagne
du Général Salimou Mohamed Amir.

Powered by Comores infos