You are here: Home » Actualités » Présidentielles 2019 : Le parti Kayiri-Hufa à la recherche d’un candidat

Présidentielles 2019 : Le parti Kayiri-Hufa à la recherche d’un candidat

 Présidentielles 2019 : Le parti Kayiri-Hufa à la recherche d’un candidat
                                                   Madame Sitti Raghadat

Bientôt la femme comorienne au pouvoir!

Dans la livraison en date du 9 janvier sur sa plateforme numérique, le journaliste populaire Abdallah AGWA a annoncé l’idée d’aller convaincre un de nos anciens, en l’occurrence l’ancien gouverneur, son excellence SAID Hassane Said  Hachim, de devenir le candidat de son parti politique Kayiri-Hufa en mars 2019. L’idée est louable car  s’inspirer de la sagesse de nos anciens, semble être une excellente chose mais dans ce cas improductive. Et pour cause, si les Comores sont au bord du précipice, c’est simplement parce que ces anciens sont en partie imputable de la situation que nous connaissons aujourd’hui. Tous, les BAZI, les Ali Mroudjaé, les Mouzawar Abdallah, les Said Hassane Said Hachim , les Ahmed Abdou, les Achrafi, les Abdallah Halifa, l’éditorialiste de la radio Haiba, M.Mchangama etc… Ont construit une maison sans fondation pour ne pas dire sur du sable mouvant. En clair, ce n’est point faire le jeu d’AZALI, mais disons que ce dernier n’a pas rougi d’eux.

Alors face à ce chaos qui règne en ce moment dans le pays, il y a deux leçons à tirer : Premièrement, M.Agwa est certes un journaliste apprécié , mais de grâce, ne nous prenez pas comme témoins sur les projets et orientations de votre parti, car cela n’engagent que vous et vos adhérents.
Deuxièmement, le moment est venu de voir une femme comorienne briguer la magistrature suprême, d’être à la tête du pays et nous le voyons en ces femmes : Madame Nadia Turki, madame Sittou Raghadat et Madame Kamaria  HAOIDHI. Ce sont des femmes bourrées de talent qui, seules, peuvent défendre les intérêts du peuple et de la nation.
Et selon la citation d’Henri IV : « Lorsque la force de l’homme ne résout pas le problème, c’est la force de la femme qui prend le dessus ».
Enfin en tant qu’africain n’oublions pas que sous le règne du 1er Pharaon Nemer, qui a fondé la 1ere dynastie 3125 avant notre ère et qui a unifié la haute et la basse Egypte, avait une 1ere ministre femme. Alors le moment est venu pour nous de donner le pouvoir à la femme comorienne.
Mbadakome

Powered by Comores infos