You are here: Home » Actualité » Prières pour la libération d’Ahmed Sambi. Oui, mais

Prières pour la libération d’Ahmed Sambi. Oui, mais

Prières pour la libération d’Ahmed Sambi. Oui, mais

Se souvenir des Comoriens innocents pourrissant en prison

Par ARM

       La scène a eu lieu à Mohéli. Une vedette remplie de passagers devait quitter l’île, quand tout d’un coup, le moteur refusa de donner le moindre signe de vie. Les Mohéliens présents se mirent à psalmodier la sourate Yassine. Médusés, les religieux pakistanais qui étaient sur la vedette demandèrent des explications sur cette brusque ferveur religieuse. On leur expliqua doctement que c’était pour demander l’aide de Dieu pour que le moteur de la vedette puisse redémarrer. Comme un seul homme, les barbus pakistanais ont quitté la vedette. Pour eux, il est normal et recommandé de demander l’aide de Dieu en toutes choses, mais on ne peut pas mettre à l’eau une vedette pourrie au moteur pourri pour dire après qu’il suffit de psalmodier des versets coraniques pour que tout rentre dans l’ordre. Ils sont Musulmans, croient en Dieu au même titre que les Comoriens, mais estiment qu’au moment des prières adressées à Dieu, le croyant à des efforts personnels à déployer…

Aujourd’hui, les Comoriens pleurent d’émotion en apprenant que le vendredi 16 août 2019, des prières vont être organisées pour la libération de l’ancien Président Ahmed Sambi. Ces prières honorent ceux qui placent leurs espoirs en Dieu et Lui demandent Son aide pour la libération d’un innocent, qui n’a été condamné par aucun Tribunal dans le monde. Oui, même dans les moments de grand désespoir, un bon croyant s’en remet à Dieu. Le seul souci qu’il y a dans ces prières du vendredi 16 août 2019, que Dieu les agrée, c’est que, le Président Ahmed Sambi ne sortira jamais vivant de prison tant qu’à Bête-Salam, sévit le mort-vivant et «pouvoiriste» polygame fou Assoumani Azali Boinaheri dit Bakapihi, «Le Père qui ne prépare jamais à manger». Le dictateur fou de Mitsoudjé est obsédé par une pensée morbide: Ahmed Sambi va le renverser et le tuer dès qu’il quittera la prison horrible qu’est devenue sa résidence de Voidjou, lieu de son incarcération illégale et complètement déshumanisée.

Donc, il ne le libérera jamais. Cela étant, la seule chose qui fera libérer Ahmed Sambi, c’est la mort violente du «concubinocrate» Assoumani Azali Boinaheri. Les prières du vendredi 16 août 2019 vont mobiliser des milliers de Comoriens dans de nombreuses mosquées. Pour autant, ceux qui vont prier doivent savoir qu’il n’y aura aucune mesure de «clémence» en faveur d’Ahmed Sambi. La libération de ce dernier interviendra quand les Comoriens apprendront qu’une action violente s’est terminée avec un extrême préjudice pour le dictateur fou de Mitsoudjé, qui empêche les Comoriens de respirer.

En même temps, il ne faut pas perdre de vue le fait qu’Ahmed Sambi symbolise les dizaines de Comoriens croupissant illégalement en prison. Quand on demande la libération d’un prisonnier politique, il faut toujours faire en sorte qu’un nom puisse être représentatif de celui de tous les autres prisonniers politiques. Partout dans le monde, on scandait «Libérez Mandela!». Mais, le 11 février 1990, Nelson Mandela n’est pas sorti seul en prison. Avant sa libération, certains de ses compagnons de combat l’avaient précédé sur le chemin menant à la liberté…

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Vendredi 2 août 2019.

Powered by Comores infos