You are here: Home » Actualité » Professeurs et journalistes: les dindons de la farce

Professeurs et journalistes: les dindons de la farce

Professeurs et journalistes: les dindons de la farce

Vol et débauche d’argent public, salaires non payés

Par ARM

     Faut-il en rire ou en pleurer? À l’heure qu’il est, les employés du journal gouvernemental Al-Watwan dit Al-WawaCelui qui pique, fait démanger ou fait gratter») n’ont pas touché leurs salaires depuis des mois. Ils n’ont pas vu un centime dudit salaire depuis le 1er janvier 2019. Or, nous sommes à la mi-mars 2019. Comme Ahmed Ali Amir et Mme Faïza Soulé Youssouf, les fortes têtes d’Al-Wawa, ont été virés pour liberté de ton, indépendance d’esprit et «insubordination éditoriale», les journalistes qui sont restés sous le toit de la vieille fille de Moroni devaient s’occuper de la propagande du mort-vivant et «pouvoiriste» polygame fou Assoumani Azali Boinaheri dit Bakapihi, «Le Père qui ne prépare jamais à manger». Mais, comment ces braves gens peuvent-ils se mobiliser pour le dictateur fou de Mitsoudjé s’ils ne voient même pas la couleur de leur salaire? Comment le Directeur d’Al-Wawa – je jure que je ne me souviens plus de son nom, tant il est méprisable et méprisé! – peut-il mobiliser ses fautes de français – il en est le chef – pour le «concubinocrate» Assoumani Azali Boinaheri s’il n’a pas un rond en poche?

Les enseignants, eux aussi, crient famine. Ils ont même oublié à quoi ressemble un salaire. Ceux du Lycée de Moroni (Photo) ont voulu manifester dans la rue pour crier famine. La «Ripoux-blique» de Mitsoudjé a interdit la manifestation. Dans la grande démocratie scandinave des Comores, les fonctionnaires et agents de l’État n’ont même pas le droit de manifester pour réclamer le versement de leurs émoluments. C’est quand même marrant. Dans une démocratie scandinave des tropiques! Allons bon…

Pendant que les fonctionnaires et agents de l’État sont soumis au régime sec, la «Ripoux-blique» de Mitsoudjé a volé tout l’argent du peuple comorien pour tenter de corrompre les électeurs et pour organiser des meetings à l’utilité douteuse. Ce que les Comoriens ne comprennent pas, c’est comment le gouvernement du Hedjaz a-t-il fait pour ne pas payer six mois de salaire par anticipation afin de présenter son protégé de Mitsoudjé en Dieu? Dans d’autres dictatures africaines, les tyrans du moment fournissent au moins l’effort de payer les salaires des fonctionnaires et agents de l’État et les bourses des étudiants avant les élections, même truquées.

Mais, bon, Kiki rassure son monde en disant que sa fraude suffira à faire «élire» «dès le premier tour» un dictateur rejeté par 99,99% de la population, pendant que Houmed Msaïdié Mdahoma jure qu’il suffit d’y ajouter quelques injures envers l’Union européenne et les Comoriens pour que le tour soit entièrement joué. Quelle intelligence…

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Jeudi 14 mars 2019.

Powered by Comores infos