You are here: Home » Actualités » Quand Azali Assoumani était amoureux de Bashar Kiwan

Quand Azali Assoumani était amoureux de Bashar Kiwan

Quand Azali Assoumani était amoureux de Bashar Kiwan

De son béguin aux désastres de la «citoyenneté économique»

Par ARM

     Horreur des horreurs des enfers! Il était promis aux lecteurs et aux lectrices qu’il leur serait livré le contenu du livre d’Atossa Araxia Abrahamian sur la «citoyenneté économique» aux Comores. Le livre donne froid au dos. Il montre que les autorités comoriennes sont de gros bébés. On y lit des choses abominables, qui ne donnent qu’une seule envie: arrêter ces criminels insouciants, les faire passer devant un juge, les condamner chacun à 30 ans de prison, saisir leurs biens très mal acquis, et jeter la clé de leurs cellules de prison dans les chiottes, avant de tirer la chasse. Certains passages du livre sont choisis pour vous. Lecture…

     Les Comores sont comparées à une jungle: «Les Comores sont un pays où règnent les hommes, pas les lois. Quiconque peut enfreindre, bafouer et braver toutes les lois qu’il veut, tant et aussi longtemps que l’homme du jour assure ses arrières».

     «Le seul exploit du pays, c’est la vingtaine de putschs qui y ont été perpétrés par des mercenaires étrangers depuis l’indépendance. L’Union des Comores est même surnommée, dans les milieux internationaux, “Cloud Coup-Coup land”, une expression qui se moque des nombreux coups d’État irréalistes et absurdes qui y ont eu lieu». Le «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani est l’auteur de l’un de ses coups de force. Il est un mercenaire local.

     Le putschiste Azali Assoumani est le véritable introducteur de Bashar Kiwan aux Comores: «Ce n’est qu’en 2005 que le président du moment, réélu en 2016, Azali Assoumani, a invité les hommes d’affaires du Golfe à revenir aux Comores pour reprendre le dialogue où ils l’avaient laissé. Cette fois, Kiwan saute sur l’occasion. Il est retourné aux Comores à deux, puis trois, puis quatre reprises, jusqu’à ce que ses séjours soient devenus mensuels».

     Le triple usurpateur (un putsch et deux mascarades électorales) Azali Assoumani était tellement amoureux de Bashar Kiwan qu’il lui avait attribué le titre de Prince, puisque le Syrien naturalisé français était censé travailler avec d’authentiques Princes du Moyen-Orient (pourquoi pas avec Dieu?). Voici ce que le garçon de Mitsoudjé disait stupidement: «En théorie, un prince est quelqu’un de crédible qui traite avec de nombreux pays. Je me disais que s’il pouvait collaborer avec les pays occidentaux, on ne pouvait rien lui reprocher, et on devait le laisser travailler ici. […]. Les princes sont des gens extrêmement cultivés! Il était très jeune, très sympathique, très élégant et incroyablement intelligent. Je ne l’ai vu que deux fois, je l’ai tout de suite vu comme un homme sérieux qui n’avait pas peur de travailler dur».

     Maintenant examinons les dessous de la «citoyenneté économique». «Les Émirats arabes unis se sont engagés à verser aux Comores 200 millions de dollars[1], puisés à même les caisses du gouvernement – l’équivalent du quart du PIB annuel comorien – contre la naturalisation d’environ 4.000 familles bidoun. Ces chiffres proviennent de déclarations subséquentes faites par le président Sambi. Et, selon un ami koweïtien de Kiwan, les Émirats auraient remis à ce dernier un chèque de 105 millions de dollars[2] afin qu’il mette le projet en branle».

     «Au printemps 2009, le gouvernement comorien a annoncé que les Émirats devaient envoyer plus de 200 millions de dollars[3] en échange de la documentation de quelque 4.000 familles bidoun (de 6 à 8 personnes chacune), chaque citoyenneté se détaillant entre 6.000 et 8.000 dollars[4]. Le président Sambi a publiquement annoncé qu’environ 25 millions de dollars[5] seraient alloués à l’aide budgétaire tandis que les 175 millions[6] restants seraient investis dans les routes, les installations sanitaires et l’électricité. (Les Émiratis, quant à eux, sont restés discrets). L’État comorien, la CGH et la Combined Group Contracting Company – une des principales entreprises de travaux publics au Koweït – se sont unis pour former une entreprise commune, la Comoro Combined Group, qui devait chapeauter les travaux. L’État détenait 33% des parts, la CGH, 16%, et la société koweïtienne, 51%. Autrement dit, Kiwan était gagnant de tous les côtés de ce contrat.

     “Comme je l’ai dit et répété, cette somme d’argent mettra fin aux problèmes d’eau, de routes, d’énergie électrique”, a affirmé le président Sambi à la nation comorienne lors de son discours de la fête religieuse d’Aïd-el-Fitr, diffusé entre deux sessions de l’Assemblée générale des Nations Unies à New York. “Elle servira à la construction de nos ports, de nos aéroports, à la construction de vraies écoles pour notre pays, capables de durer cent ans, et à la construction des infrastructures liées à la sécurité. […]. Mes frères, c’est une des voies que j’ai recherchées pour générer de la richesse dans notre pays. Ce qui nous manque dans ce pays, ce sont les richesses. Ce qui nous manque dans ce pays, c’est l’argent. Or, voilà de l’argent disponible dont le transfert parviendra à la Banque centrale, avec l’aide de Dieu, dans les jours qui viennent”.

     Sambi avait peut-être l’aide de Dieu, mais ce dont il avait réellement besoin, c’était quelqu’un qui lui explique les clauses du contrat qu’il n’avait pas lu attentivement. L’ayatollah semblait croire que l’argent atterrirait dans les coffres du gouvernement en un seul bloc ; il ne s’était pas rendu compte qu’en vertu de l’entente initiale, les fonds devaient d’abord transiter par les comptes de Kiwan, et ce, en plusieurs versements sporadiques».

     «Selon Malik, l’ancien cadre de la CGH, pendant la première année du programme, entre 2009 et 2010, l’entreprise aurait négocié la vente de 5.000 à 10.000 passeports. Selon lui, Kiwan aurait reçu des commissions supplémentaires, possiblement de la part du gouvernement émirati, pouvant aller jusqu’à 48.000 dollars[7] par document, non comptabilisées, bien sûr. Lors d’un entretien en avril 2015, Malik, rappelons-le, a travaillé étroitement avec Kiwan aux Comores, a évalué le nombre de passeports vendus au zénith du programme quelque part entre 10.000 et 15.000 à leur prix unitaire de 4.000 euros[8]. Il m’a raconté qu’en 2010 et en 2011, Kiwan lui téléphonait environ tous les deux mois pour lui demander d’aller chercher, au bureau de Sambi, des décrets de naturalisation – des listes de personnes approuvées qui, m’a-t-il soutenu, comptaient entre 200 et 1.000 noms.

     L’ancien cadre du holding de Kiwan se souvenait aussi qu’au cours des six derniers mois de la présidence de Sambi, il a négocié lui-même l’échange de 10.000 passeports, et que c’était loin d’être fini : “Quand je suis parti, il y avait encore des valises pleines de passeports, qui allaient et venaient”, a-t-il précisé. Ce sont environ 20.000 passeports qui auraient été délivrés pendant les deux années au cours desquelles la CGH a participé aux négociations. Mohamed Alhadi Abbas, ancien chef du Cabinet du ministre comorien de l’Intérieur, croit quant à lui que près de 60.000 passeports ont été vendus aux Émirats depuis l’inauguration du programme, tandis qu’un diplomate étranger évalue plutôt ce nombre à 100.000. Si un passeport se détaillait effectivement entre 6.000 et 8.000 dollars, le gouvernement comorien devait avoir récolté au moins 360 millions[9]. Dans ce cas, des centaines de millions de dollars ne seraient jamais parvenus jusqu’aux comptes comoriens, du moins ceux dont le FMI a connaissance.

     “Je vous le dis, c’est très simple, m’a expliqué l’ancien cadre de la CGH. Bachar n’a pas donné d’argent aux Comoriens”. Le gouvernement comorien, pour sa part, clame que la CGH ne lui a pas payé 16 millions de dollars[10] qui devaient lui revenir. […] Mohamed Dossar, qui représentait l’État dans le contrat signé en 2008 entre les Comores, les Émirats et Bachar Kiwan, a été catégorique: “Il est évident que la CGH ne nous a pas donné tout l’argent qu’elle nous doit”. Il a ajouté que le contrat en question avait été révisé à la fin de 2010. […].

     Lorsqu’on jette un coup d’œil à la ville de Moroni, c’est que les projets d’infrastructures à grand déploiement qu’on avait annoncés n’ont jamais vu le jour. Quelques routes ont été construites au petit bonheur la chance, et des membres de la communauté diplomatique prétendent qu’une partie de l’argent a servi à payer des arriérés de salaires. Rares sont les Comoriens qui voient, parmi ces quelques progrès anecdotiques, les bénéfices à long terme de la vente en gros de leur nationalité».

     «D’ailleurs, la lune de miel entre Sambi et Kiwan, terminée depuis longtemps, avait cédé la place à des relations pour le moins tendues au cours des derniers mois de la présidence. Le problème du port non achevé avait révélé Sambi dans toute sa naïveté, voire sa stupidité, pour avoir accordé une confiance aveugle à la CGH depuis longtemps. Le président a donc décidé de prendre ses distances. Puis, les deux hommes se sont affrontés dans une querelle publique bizarre […]».

     «Les passeports, quant à eux, permettent à l’État émirati de stratifier davantage sa société et de ségréguer les bidoun sur papier comme en pratique. Presque chaque semaine, les journaux d’Abou Dhabi parlent de viols, de meurtres, d’agressions et de vols commis dans les Émirats par des détenteurs de passeports comoriens. L’humiliation publique subie par ces criminels “comoriens” dérange beaucoup les Comoriens de naissance: certains pays de la Ligue arabe ont même commencé à exiger de visas d’entrée pour tous les citoyens des Comores – y compris les anciens chefs du gouvernement».

   Araxia Abrahamian (Atossa): Citoyennetés à vendre. Enquête sur le marché mondial des passeports, Lux Éditeur, Collection «Futur proche», Montréal, 2016 (187 p.).

     Voilà où des inconscients gagnés par la criminalité économique, la kleptomanie et la kleptocratie ont conduit les Comores. Aujourd’hui, ils se posent en sauveurs de la nation. Un jour, ils devront affronter le châtiment des hommes avant celui de Dieu.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Dimanche 2 octobre 2016.

[1] 200 millions de dollars = 88.046.550.000 francs comoriens.

[2] 105 millions de dollars = 46.174.240.000 francs comoriens.

[3] 200 millions de dollars = 88.046.550.000 francs comoriens.

[4] 6.000 et 8.000 dollars = 2.641.654,61 et 3.522.280,37 francs comoriens.

[5] 25 millions de dollars = 11.007.270.000 francs comoriens.

[6] 75 millions de dollars = 33.018.570.000 francs comoriens.

[7] 48.000 dollars = 21.127.190.000 francs comoriens.

[8] 4.000 euros = 1.969.929 francs comoriens.

[9] 360 millions de dollars = 158.453.460.000 francs comoriens, une somme représentant les dépenses de l’État comorien pendant 6 ans.

[10] 16 millions de dollars = 7.042.260.000 francs comoriens.

Powered by Comores infos