You are here: Home » Actualité » Que vaut «l’amour» du traître Sounhadj Attoumane?

Que vaut «l’amour» du traître Sounhadj Attoumane?

Que vaut «l’amour» du traître Sounhadj Attoumane?

Le changeur de vestes bon marché se dit très «intelligent»

Par ARM

     Aux Comores, personne n’avait entendu parler de Sounhadj Attoumane avant que le Président Ahmed Sambi ne le fasse sortir du ruisseau, du trou, du caniveau et de l’anonymat dans lesquels il croupissait avec la médiocrité qui le caractérise. Comme le Président Ahmed Sambi a débarrassé son corps des poux qui faisaient en partie sa sale réputation, il faisait semblant de lui être d’une fidélité inébranlable. Il le suivait comme son ombre, buvait ses paroles, et dégoulinait d’obséquiosité envers lui.

Pendant ce temps, il continuait à se piquer d’être «cardiologue», tuant par incompétence criminelle ses patients. Il en a tué, le bougre. Un jour, cette femme de Moroni, à moitié tuée par les poisons de Sounhadj Attoumane, arrive à Paris pour se faire traiter par de vrais médecins. Quand deux spécialistes parisiens ont pris connaissance des ordonnances établies par Sounhadj Attoumane, ils lui ont écrit et lui ont demandé d’arrêter la cardiologie parce qu’il s’agit d’une spécialité dans laquelle il n’a aucune compétence. Or, l’incompétence en cardiologie signifie la mort du patient.

Sounhadj Attoumane est un assassin en blouse blanche. Du fait de son incompétence criminelle, il a arraché à la vie une fille de 18 ans, qu’il avait fallu évacuer de toute urgence à Antananarivo, Madagascar, et qui est morte peu de temps après son arrivée sur place. Cette fille ne pouvait guérir parce que Sounhadj Attoumane l’avait empoisonnée par ses traitements contre-indiqués.

En 2016, le Président Ahmed Sambi le présente au «pouvoiriste» polygame fou Assoumani Azali Boinaheri dit Bakapihi, «Le Père qui ne prépare jamais à manger». Quelques mois plus tard, Sounhadj Attoumane tourna ostensiblement le dos à Ahmed Sambi, qui a chassé les poux de sa tête et de ses vêtements, et se rangea avec indécence derrière le «concubinocrate» Assoumani Azali Boinaheri, se disant même prêt à se faire sodomiser par lui. Une certaine tendance à l’exagération l’avait même poussé à vouloir prendre possession du Parti Juwa, créé et dirigé par Ahmed Sambi. Ce fut un cuisant échec pour lui.

Dépourvu de toute forme de dignité et de sens d’honneur, il oublia tout ce que le Président Ahmed Sambi a fait pour lui afin de lui permettre de porter ses costumes à deux sous, et se mit à l’insulter en public. La démocratie permet à chacun de se ranger dans le camp politique qu’il veut, mais la décence oblige de faire la politique avec honneur. Mais, Sounhadj Attoumane ne connaît pas le mot «honneur». Il a soutenu toutes les folies du «ventriote» Assoumani Azali Boinaheri, sans tenir compte du fait que ces dernières dégoûtent les Comoriens et heurtent leur sensibilité. Une seule chose l’intéresse: le pouvoir des autres.

Aujourd’hui, alors que le bambochard Assoumani Azali Boinaheri est en plein «malaise vaginal», synonyme d’accident vasculaire cérébral (AVC), Souhadj Attoumane délire, divague et crâne. Comme il se dit «cardiologue» et comme son nouveau «maître à panser» a un cœur qui a lâché, il ne lui est d’aucun secours. Pourquoi «le cardiologue» Sounhadj Attoumane ne soigne-t-il pas le cardiaque Assoumani Azali Boinaheri, son chef? Un cardiologue soigne le cœur, mais le «cardiologue» Sounhadj Attoumane est un broyeur de cœur.

Il sort le grand jeu et affirme urbi et orbi: «Je suis dans la mouvance présidentielle, et je compte y rester». Ah! Quelle grandeur d’âme! Au fait, qui lui a demandé de quitter la Mouvance présidentielle minoritaire? Qui est le Comorien qui s’intéresse aux élucubrations pathétiques d’un traître, au positionnement politique d’un champion de la transhumance politique? Qu’est-ce que les paroles d’un Sounhadj Attoumane apportent au débat démocratique comorien? Rien!

Et comme s’il n’avait pas dit assez de bêtises comme ça, Sounhadj Attoumane en rajoute: «J’aime le Président Azali parce qu’il est à l’écoute et sait reconnaître l’intelligence des personnes qui l’entourent». Les Comoriens sont scandalisés en apprenant cela parce qu’ils ont tout fait pour recenser ces «personnes intelligentes», ils n’en voient aucune. Qui sont les «personnes intelligentes» dont parle Sounhadj Attoumane? Bellou Magochi? Kiki? Saïd Ahmed Saïd Ali? Mohamed Abdou Mbechezi et ses boubous aux couleurs ridicules? Chabouhane Baguiri? Moustadroine Abdou Mafitsi? Mahmoud Salim Hafi, l’insulteur juvénile? Sounhadj Attoumane ne le dit pas.

On l’aura compris: Sounhadj Attoumane se prend pour une «personne intelligente». Il est dans des fantasmagories d’autosatisfaction complètement débiles. Il est débile. Sounhadj Attoumane intelligent? On aura tout vu, tout entendu…

Une chose fait rire quand même: le «j’aime le Président Azali» de Sounhadj Attoumane. Sounhadj Attoumane a déjà aimé qui? Cet individu n’aime personne. Il fut un temps, il disait «adorer Ahmed Sambi», le bienfaiteur dont il sert les pires ennemis aujourd’hui. Lors du règne d’Ikililou Dhoinine et de ses Mohéliens de Bête-Salam, Sounhadj Attoumane avait pris fait et cause pour une voleuse, qu’il présentait comme sa «nièce». Rapidement, il s’avéra que la «nièce» n’était autre que sa maîtresse, sur laquelle son frère libidineux Nidhoim Attoumane a encore un droit de cuissage: en d’autres termes, les frères psychotiques Sounhadj et Nidhoim Attoumane baisent la même fille, et ils ont l’indécence de la présenter comme leur «nièce». Quels oncles! On ne risque pas de mourir quand on a de tels oncles.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Dimanche 9 décembre 2018.

Powered by Comores infos