You are here: Home » Actualité » Qui a fait entrer Ahamada Ahamadi en diplomatie?

Qui a fait entrer Ahamada Ahamadi en diplomatie?

Qui a fait entrer Ahamada Ahamadi en diplomatie?

Saïd Hassane Saïd Hachim, qu’il insulte aujourd’hui

Par ARM

       Dans La Lice et sa compagne, Jean de la Fontaine (1621-1695) écrit notamment: «Ce qu’on donne aux méchants, toujours on le regrette. Pour tirer d’eux ce qu’on leur prête, Il faut que l’on en vienne aux coups; Il faut plaider, il faut combattre: Laissez-leur prendre un pied chez vous, Ils en auront bientôt pris quatre». Les Comoriens disent de ces ingrats: «Les remerciements de l’âne sont les pets».

«Ce qu’on donne aux méchants, toujours on le regrette». C’est vrai. «Les remerciements de l’âne sont les pets». C’est vrai. Aux Comores, aujourd’hui, il est un énergumène qui fait penser à toutes ces pensées sur les ingrats: «L’Ambassadeur Ahamada Ahamadi», le petit épicier aigri de Mohoro. Savez-vous qui l’a fait entrer au ministère des Affaires étrangères? La réponse est: Saïd Hassane Saïd Hachim.

Pour rappel, Saïd Hassane Saïd Hachim avait été nommé ministre des Affaires étrangères par le Président Saïd Mohamed Djohar les 26 août 1991, 16 octobre 1991, 6 janvier 1992, 10 mai 1992 et le 16 juillet 1992. C’est à cette époque qu’il avait trouvé un poste à Ahamada Ahamadi, le petit épicier aigri de Mohoro, au sein de l’appareil diplomatique comorien. Ne perdons pas de vue qu’à l’époque française, dans les années 1970, l’ingrat de Mohoro était troufion ou bidasse dans la Police, se rendit en Union Soviétique, éclusa l’équivalent d’un fleuve de vodka et, au bout d’un an, s’autoproclama «Docteur en Médecine, spécialiste en Anesthésie». C’est un menteur. C’est un faussaire. Comme on dit en Afrique continentale, c’est un faux!

Le ministre Saïd Hassane Saïd Hachim, en homme cultivé, s’était inspiré des exemples des pays qui comptent parmi leurs diplomates les plus brillants des médecins. Pour preuve, au Maroc, le Docteur Youssef Ben Abbès Taârji, médecin de formation, avait été Ambassadeur à Paris de 1972 à 1990, sous la présidence de Georges Pompidou, Valéry Giscard d’Estaing et François Mitterrand. De même, Moulay Ahmed Laraki, Docteur en Médecine (Paris, 1957), avait été nommé ministre des Affaires étrangères du 6 juillet 1967 au 7 octobre 1969 et du 25 avril 1974 au 10 octobre 1977: «Je voulais poursuivre une carrière de médecin mais Mohammed V m’a dit ceci: “Pour me soigner, je peux toujours faire appel à des médecins français ou espagnols. Mais, je ne peux pas me faire représenter par des étrangers à l’internationalˮ»: Cité par Driss Bennani: Enquête. Voyage au cœur de la diplomatie marocaine, TelQuel n°513, Casablanca, 10-16 mars 2012, p. 24.

Le ministre Saïd Hassane Saïd Hachim avait cru bien faire, ayant la conviction qu’il pouvait transformer un rustre haineux et inculte en homme sérieux. Aujourd’hui, le petit épicier aigri de Mohoro l’insulte pour faire plaisir à un dictateur inculte et sans généalogie comme lui. Il a fait la seule chose qui sied à un hurluberlu de son niveau: il a mordu la main qui l’a nourri. L’âne a fait ce qu’il sait faire de mieux: les pets. Ahamada Ahamadi aurait été excusable s’il avait critiqué Saïd Hassane Saïd Hachim; il est normal de critiquer les personnalités publiques. Mais, il a choisi de l’insulter. De toute manière, on ne voit pas ce que ce manant devenu mendiant aurait pu faire d’autre. Oui, il a fait la seule chose qui correspond à son niveau de tête de veau: l’injure. L’âne remercie toujours son bienfaiteur par des pets. Le meilleur imitateur de l’âne est «l’Ambassadeur» Ahamada Ahamadi, le petit épicier aigri de Mohoro.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Dimanche 22 septembre 2019.

Powered by Comores infos