You are here: Home » Actualités » Rentrée scolaire: A Ngazidja, plusieurs enseignants ont répondu à l'appel

Rentrée scolaire: A Ngazidja, plusieurs enseignants ont répondu à l'appel

Appelés à reprendre le chemin de l’école, le 17 septembre, les enseignants du secondaire se sont rendus dans leurs établissements respectifs. Au lycée de Moroni, 80% d’entre eux étaient présents, a-t-on constaté. Par contre, jusqu’à maintenant, la situation du remplissage des bulletins n’a pas trouvé une solution à une semaine de la rentrée des élèves.

Les enseignants ont répondu présents ce lundi 17 septembre, dans leurs établissements respectifs à Ngazidja. Un message adressé aux autorités et qui lève le doute sur la volonté des enseignants à vouloir respecter le calendrier du ministre de l’Education concernant la rentrée scolaire. Hier, lundi 17 septembre, comme convenu, les enseignants du secteur secondaire ont effectué la rentrée, au niveau de Ngazidja. Au lycée Saïd Mohamed Cheikh (Lsmc), où Al-watwan a pu constater qu’ils étaient au rendez-vous. De 8 h jusqu’à 10 h, l’administration et les enseignants ont échangé avec aisance. «Le patron de l’Education, Salime Mahamoud, a fixé une date pour la rentrée, nous l’avons respectée. Nous y voilà sur place. Le reste ne nous concerne pas.

Le jour où les élèves vont revenir, nous serons là comme d’habitude», nous a confié un enseignant retrouvé sur les lieux. Une présence qui n’étonne personne car les enseignants ne sont pas en grève, disait toujours le secrétaire générale de l’intersyndicale, Moussa Mfoungouliyé. «Entre le proviseur du Lycée de Moroni et ses employés, les discussions étaient plutôt intéressantes», a reconnu le premier. Plusieurs points étaient à l’ordre du jour, notamment le bilan de l’année précédente.

Emploi du temps disponible d’ici samedi

«L’administration n’était pas en vacance. Nous étions là en train d’attendre les enseignants. Sur 140 enseignants, travaillant au lycée, 100 ont pu faire le déplacement aujourd’hui. On peut donc se réjouir d’une telle présence», s’est réjoui Mohamed Ali Abdallah, au cours d’un succinct entretien qu’il nous a accordé, juste après la réunion.
Parlant de bilan, le proviseur a évoqué les résultats du baccalauréat, seul examen auquel ont participé les élèves du lycée. Cette année, a révélé notre interlocuteur, le Lsmc a enregistré un taux de réussite de 21.80%. Celui-ci était de 19% en 2017. Une légère progression pour le lycée de référence. « Le bilan administratif est satisfaisant. Des cours de soutien étaient organisés pour la première fois. Plus de 90% des élèves ayant participé ont réussi. Nous remercions le commissariat à l’Education tout comme les enseignants qui, malgré les difficultés, se sont donnés à fond pour venir en aide aux élèves. Les différentes mesures disciplinaires instaurées, ici l’année précédente, ont également apporté leurs fruits. Les élèves étaient devenus assidus. Une fois 7 h 30 dépassées, personne ne pouvait franchir le portail. Le contrôle des enseignants avait commencé à donner une bonne image au lycée», a souligné toujours Mohamed Ali.

La remise sur pied d’un laboratoire scientifique, avec l’appui d’un projet régional, entre dans le bilan de 2017. En attendant le 24 septembre, jour de la rentrée des élèves, les enseignants pourront à partir du samedi, 22 septembre, aller récupérer les emplois du temps. La seule question que l’on se pose est comment les élèves vont-ils s’orienter sachant qu’aucun bulletin n’a été rempli. À ce propos, le proviseur du lycée appelle les responsables de ce blocage à trouver une solution.

Abdou Moustoifa

Powered by Comores infos