You are here: Home » Actualités » Rupture des relations diplomatiques avec le Qatar L’ancien ministre Fahmi fait une sortie médiatique avec Al-jazeera

Rupture des relations diplomatiques avec le Qatar L’ancien ministre Fahmi fait une sortie médiatique avec Al-jazeera

Rupture des relations diplomatiques avec le Qatar L’ancien ministre Fahmi fait une sortie médiatique avec Al-jazeera
Démis de ses fonctions il y a presque un mois, suite à la prise de position du président d’honneur de son parti sur la rupture des relations entre les Comores et le Qatar, l’ancien ministre d’Etat, Garde des Sceaux, Fahmi Saïd Ibrahim a accordé une interview à Gulf-times.com. Au site qatari, il a déclaré, entre autres, que “la décision du président de rom- pre avec le Qatar n’a jamais été approuvée par le gouverne- ment ni par la population; les Comoriens n’ont jamais enten- du que le Qatar appuie le terrorisme; la population a voulu manifesté en faveur du Qatar mais le gouvernement, sur ordre du président, a interdit la manifestation; les organisa- tions qataries ont amélioré sensiblement le quotidien des Comoriens…” 

La rupture des relations diplomatiques entre les Comores et le Qatar n’en finit plus de faire réagir. En effet, pendant que le pays est en ébullition autour de l’organisation des assises nationales du bilan des 42 années d’indépendance, l’ancien Garde des sceaux, ministre d’Etat, Fahmi Saïd Ibrahim s’est rendu au Qatar pour, selon le site www.gulf- times.com, dénoncer la décision du président Azali Assoumani de rompre avec Doha. À en croire ce site d’informations en anglais, Fahmi Saïd Ibrahim a été reçu par le ministre de la Municipalité et de l’Environnement qatari, Mohamed Bin Abdullah al-Rumaihi, et aurait profité de cette réception pour manifester sa désapprobation quant à la décision du gouvernement comorien de rompre avec le Qatar. “Fahmi Saïd Ibrahim est en visite à Doha depuis hier (mercredi, Ndrl) pour rejeter la décision unilatérale prise par les Comores en rompant les relations avec le Qatar sur fond de crise dans le Golf”, peut-on lire sur le site internet qatari. Selon toujours la même source, l’ancien ministre des Affaires étrangères de l’ex président Ahmed Abdallah Sambi aurait “quitté le gouvernement pour protester contre la décision du gouvernement sur le Qatar et aurait reconnu les efforts conséquents du Qatar en faveur du développement des Comores”.
 
Des excuses officielles ?

Sur cette interview accordée à la chaine qatarie Al-jazeera, on retrouve des positions très tran- chées de l’ancien membre du gouvernement d’Azali Assoumani. Entre autres arguments de Fahmi Saïd Ibrahim, “estations. Les organisations qataries ont amélioré sensiblement le quotidien des Comoriens…”

Au cours de cette entrevue avec Al-jazeera, l’ancien ministre de la Justice en a profité pour donner également son point de vue par rapport à la crise qui secoue le Golf. «Le Hedj ne doit jamais être mélangé avec la politique. L’Arabie Saoudite devrait se considérer comme le gardien des Lieux saints et garantir un accès sûr et facile à tous les musulmans. Les différends entre les pays devraient être résolus au moyen de discussions fondées sur la règle du droit», devait-il pré- ciser. Al-jazeera va plus loin en annonçant que l’ancien ministre aurait formulé des excuses officielles.
Plus tard dans la journée d’hier, Fahmi Said Ibrahim a tenu à démentir certains propos relayés par les médias qui faisaient état de son départ du gouvernement pour cause de désaccord avec le président sur la question du Qatar. «Je tenais à préciser que dans l’interview accordée à Gulf Times, je n’ai jamais dit que nous avions quitté le gouvernement pour protester contre la décision du président Azali Assoumani de rompre ses relations diplomatiques avec le Qatar. Au contraire le président nous a fait savoir que la déclaration du président Sambi l’a perturbé et qu’il avait décidé de nous remercier», a-t-il posté sur Facebook. Il a tenu, par ailleurs, à faire savoir qu’il n’était pas au gouvernement et que par conséquent, il n’était pas soumis à «une quelconque solidarité gouvernementale».
Cette sortie médiatique risque de faire grincer des dents du côté de Beït-Salam qui n’espérait certainement pas à ce que la question du Qatar s’invite sur le devant de la scène à un moment où, tous les yeux sont rivés sur la prochaine organisation des assises nationales axées sur le bilan des quarante-deux ans d’indépendance.
Mohamed Youssouf 
source (sans la photo) : Al-watwan N° 3237 du vendredi 11 août 2017 

Powered by Comores infos