You are here: Home » Actualités » Rupture entre Azali Assoumani et son ministre de Dieu

Rupture entre Azali Assoumani et son ministre de Dieu

Rupture entre Azali Assoumani et son ministre de Dieu

Envahissant et omniprésent ministre de Dieu et du Paradis

Par ARM

     «Soit le Colonel Azali assume ses responsabilités et ramène son Premier ministre à la raison, soit je règle l’affaire à la mohélienne, à coups de poings. Si les autres membres du gouvernement ne parlent pas, moi je parle car ma bouche n’est la valise de personne. Les gens sont fatigués au bout d’un mois à cause des mauvaises manières de cet individu qui se prend pour un Premier ministre et qui interfère dans les affaires des autres ministres. Il m’insupporte». Celui qui parle ainsi d’une voix tremblante de colère et d’indignation n’est autre qu’Abdallah Saïd Sarouma dit Baguiri, dit Gris-gris, dit Lionel Messi, dit encore Coach, Vice-président de la République chargé du ministère des Transports, des Postes et Télécommunications, des Technologies de l’Information et de la Communication (ouf! Assez!). Et, il sait se battre, le bougre, malgré sa taille de brindille. Chaque fois qu’on prononce devant lui le nom de son pire ennemi du moment, il crache par terre et commence à pousser des cris d’indignation et des grognements sourds. Pourtant, Baguiri, malgré ses milliers de défauts aussi détestables les uns que les autres, est un garçon facile à vivre. Et la colère qu’il exprime appartient à tous les membres du gouvernement envers un ministre qui se considère comme un Grand Vizir. Et c’est ainsi que tout a été déballé au bureau du «pouvoiriste» Azali Assoumani: «Arrête ton Grand Vizir car il nous empêche de respirer. Il se mêle de tout et veut diriger tous les ministères, alors qu’il nage dans le sien propre». En d’autres termes, le ministre chargé de Dieu, du Prophète et du Paradis énerve tout le monde au sein du gouvernement, et Baguiri, habitué à ne pas faire dans la dentelle, ne fait qu’exprimer tout haut la colère de tout le monde.

     Seulement, à force d’entendre la même rengaine, les mêmes colères, les mêmes récriminations et les mêmes jérémiades larmoyantes, le «pouvoiriste» Azali Assoumani a vu rouge et a piqué une colère légendaire. Il a fait venir dans son bureau le Directeur de son Cabinet en charge de la Défense et lui a dit d’aller voir le Grand Vizir en charge de Dieu, du Prophète et du Paradis pour lui dire qu’il le fait chier sérieusement avec sa tendance à se mêler de tout ce qui ne le regarde pas, alors qu’il est incapable de diriger son propre ministère: «Tu vas le voir tout de suite et tu lui dis que chaque minute, on vient se plaindre de lui ici. Il n’est au-dessus de personne. Il faut le lui dire. Je suis très fatigué par ses enfantillages et il ne doit pas me pousser à bout car je risque de le virer sec. Baguiri a juré de le battre comme du plâtre s’il continue à l’emmerder dans son ministère. Tous les autres ministres sont en colère également et viennent l’injurier ici, chaque jour. Je ne veux pas lui parler personnellement parce que je pourrais être emporté par la colère et ne pas répondre de moi-même. Quand tu le verras, tu lui diras que je suis très en colère contre lui. Hein?». La commission a été faite, et depuis, la rupture est consommée entre le «pouvoiriste» Azali Assoumani et son encombrant Grand Vizir chargé de Dieu, du Prophète et du Paradis, qui déplore le fait que «les subtilités généalogiques, génétiques et chérifiennes» du dossier n’aient pas été prises en compte en faveur de son auguste personne. Décidément, les ententes fondées sur la haine et le mensonge ne durent jamais longtemps.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Lundi 4 juillet 2016.

Powered by Comores infos