You are here: Home » Actualités » Saïd-Abdillah Saïd-Ahmed remue ciel et terre en Tanzanie

Saïd-Abdillah Saïd-Ahmed remue ciel et terre en Tanzanie

Saïd-Abdillah Saïd-Ahmed remue ciel et terre en Tanzanie

Incorrigible, il parle de «la libération des Comores du colonialisme»

Par ARM

     «Doux rêveur et utopiste» pour les jaloux, «visionnaire, inventif et fervent nationaliste» pour ses milliers d’admirateurs et de partisans, Saïd-Abdillah Saïd-Ahmed dit «le Président» ne laisse personne indifférent. Il est dans l’action pendant que les bien-pensants et les chantres de la bien-pensance sont dans un coma intellectuel et politique profond, voyageant aux quatre coins du monde, pendant que les Comoriens vivent dans la famine, la soif et l’obscurité, arrivant à Paris par nuées comme des mouches pour accueillir un dictateur corrompu, incompétent et habitué à arriver au pouvoir par les putschs (même dans les partis politiques et les verres d’eau) et la fraude électorale. Pendant que ces gens-là tuent les Comoriens, boivent leur sang et dévorent leur chair, Saïd-Abdillah Saïd-Ahmed, la dynamo de la classe politique comorienne, est dans l’action continue et réelle.

     Son dada? Le souverainisme. Monsieur est souverainiste. Le franc CFA? Une «horreur, un vestige du colonialisme, une matérialisation du néocolonialisme qui sévit en Afrique francophone et sur notre île comorienne de Mayotte, une monnaie dont les bases sont décidées au siège de la Banque centrale européenne à Francfort». Il est incollable sur le thème du souverainisme. Il a écrit un livre sur la nécessité de faire sortir les Comores de la zone franc. Rien que ça! Surtout, n’allez pas lui dire que les Comores sont incapables de diriger une monnaie indépendante parce que des États africains comme le Zimbabwe ou comme le Zaïre de Mobutu Sese Seko ont été détruits par l’inflation. Quand on lui en parle, il cite les pays africains (île Maurice) qui ont une monnaie indépendante et qui gèrent leur système financier et monétaire en bons pères de famille.

     Le bouillant et bouillonnant Président du Parti Comores Alternatives (PCA) explose quand on lui parle de la classe politique comorienne actuelle, la trouvant médiocre et improductive, si l’on fait abstraction de certaines personnalités triées le volet et dont aucune ne rôde dans les allées du pouvoir actuel, méprisant profondément et définitivement le «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani et ses lascars.

     Convaincu que le salut des Comores réside dans une coopération très poussée avec les autres pays de l’Afrique orientale, il sillonne ces derniers, s’entretient avec leurs dirigeants de haut niveau, et fait passer des messages. Le jeudi 27 septembre 2016, un journal tanzanien rendait compte de ses entretiens avec les autorités tanzaniennes. Nous avons sélectionné pour les lecteurs et les lectrices l’article suivant: «Le leader du Parti Comores Alternatives (PCA), le Docteur Saïd-Abdillah Saïd-Ahmed sollicite du Président John Magufuli et de son gouvernement leur aide pour la libération de l’île de Mayotte du néocolonialisme français. Il demanda à la Tanzanie de l’aider à faire comprendre à son propre pays la nécessité de sortir de la domination française et pour faire son entrée dans la Communauté de l’Afrique de l’Est. Au cours de ses entretiens avec N. J., le Docteur Saïd-Abdillah Saïd-Ahmed a expliqué que depuis des années, il mène un combat très courageux pour la libération des Comores du néocolonialisme. “Je sollicite l’aide et les conseils du Président Magufuli et de son gouvernement pour faire sortir les Comoriens du néocolonialisme et pour nous acheminer dans la voie qui va nous permettre de prendre en charge notre propre destin”, souligne le Docteur Saïd-Abdillah Saïd-Ahmed. Cet acteur politique comorien fait de ce combat l’une des raisons d’être du PCA».

     Par Hellen Mwango: Mgombea Urais Comoro aomba kuungwa mkono, Habari Kitaifa, Dar-Es-Salam, 27 septembre 2016, p. 3.

     Dans la foulée, le chouchou comorien des médias panafricains de France souffle le chaud et le froid actuellement, en faisant miroiter son arrivée en France sans s’y présenter. Il fait des jaloux parce que les piètres acteurs politiques comoriens qui défilent piteusement à Paris passent par des réseaux de connivence pour s’y faire admettre, pendant que l’homme du PCA se fait inviter partout sans rien solliciter, et quand il y va, il a toujours des déclarations fracassantes et tonitruantes à faire. C’est l’une des raisons pour lesquelles son retour en France est très attendu.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Lundi 3 octobre 2016.

Powered by Comores infos