You are here: Home » Uncategorized » Saïd Ahmed Saïd Ali écrit «mutli» à la place de «multi»

Saïd Ahmed Saïd Ali écrit «mutli» à la place de «multi»

Saïd Ahmed Saïd Ali écrit «mutli» à la place de «multi»

Il ne sait pas faire la différence entre doctorant et Docteur

Par ARM

      Dieu soit loué! La nouvelle qui fait rage actuellement aux Comores redonne l’espoir. Le Tout-Moroni sourit. Les Comoriens ont retrouvé le sourire, malgré la sinistrose ambiante. Il doit bien y avoir une raison à cela, non? Oui, oui, il y a une raison: c’est Saïd Ahmed Saïd Ali qui a redonné l’espoir et le sourire aux Comoriens. Ah bon? Qu’a-t-il fait, alors? Eh bien, Saïd Ahmed Saïd Ali, qui ne sait écrire que des injures envers les adversaires politiques de son maître, le «ventriote» Azali Assoumani Boinaheri, et qui croit avoir toute compétence pour dénigrer l’écrivain Ahmed Wadaane Mahamoud, vient de faire des belles. Il a fait quoi? Il vient de commettre une énorme bévue: sur une stupidité de 3 mots qu’il a postée sur Facebook, on retrouve 2 fautes d’une nullité crasse. Et quelles sont ces fautes? Notre correcteur d’écrivains, comme il se présente lui-même, est tout simplement incapable d’écrire «multi», et vient d’inventer «mutli», et ne sait pas que quand on a soutenu sa Thèse ou ses Thèses de Doctorat, on n’est plus doctorant, mais Docteur. En d’autres termes, le beau gosse autoproclamé de Ntsoudjini ne sait pas faire la différence entre doctorant et Docteur, sans doute parce qu’il est doctorant et Docteur en même temps. Il est doctorant et Doctorant en escroqueries, injures, insultes, stupidités et bêtises.

      Ce qui est encore plus grave, c’est que Saïd Ahmed Saïd Ali, beau gosse autoproclamé de Ntsoudjini, se répand partout en vantardises et forfanteries sur sa capacité à résoudre tous les problèmes, fanfaronnant sur la prétendue oreille attentive que lui prêterait son maître, le «saigneur» Azali Assoumani Boinaheri. Du coup, les pauvres hères lui ramènent des millions de francs comoriens, des œufs, du thon, des régimes de banane, des moutons et des chèvres, mais il est incapable de rendre le moindre service puisque, selon ses ennemis intimes Msa Ali Djamal et Mohamed Abdou Mbechezi, il n’est qu’un simple amuseur de tapis à Bête-Salam. Ce sont les mêmes Msa Ali Djamal et Mohamed Abdou Mbechezi qui ont violé le secret sur les deux hommes d’Oussivo qui voulaient tuer à Malouzini ce très cher Saïd Ahmed Saïd Ali, qui leur a pris 7 millions de francs comoriens sans leur faire attribuer les deux visas Schengen qu’il avait promis.

À ce rythme, on comprend très facilement que «l’émergence» est assurée, et Saïd Larifou pourra multiplier les conférences de presse de soutien à son chef, le «concubinocrate» Azali Assoumani Boinaheri, concepteur d’une «émergence verbale» que dénonce partout Ahmed Wadaane Mahamoud avec componction.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Mardi 22 août 2017.

Powered by Comores infos