You are here: Home » constitution » Saïd Ali Kemal opposé à une transition dangereuse

Saïd Ali Kemal opposé à une transition dangereuse

Saïd Ali Kemal confirme sa candidature à l’élection présidentielle
et explique pourquoi il est opposé  à une transition dangereuse

Saïd Ali Kemal a organisé hier un meeting dans sa résidence d’Itzangadjou.

Ce meeting a attiré une très large foule de comoriennes et de comoriens venus de divers endroits de la Grande-Comore. Certains étaient également venus d’Anjouan pour venir écouter le leader politique.  Plusieurs délégations d’autres partis avaient fait le déplacement. Le terrain qui abritait l’ancienne demeure du Prince Saïd Ibrahim, était totalement plein.

Faiza, 22 ans, étudiante, témoigne : « J’ai beaucoup entendu parler de Saïd Ali Kemal mais je ne l’avais jamais vu en personne. J’ai été très enthousiasmée par son énergie et il m’a donné envie de m’engager à ses côtés pour faire changer les Comores ».

Saïd Ali Kemal était entouré de cadres du parti Shuma qui ont pris la parole, mais également de comoriennes et de comoriens issus de la société civile qui ont témoigné des problèmes qui les touchent au quotidien dans le domaine de la santé, de l’enseignement ou de l’énergie et des infrastructures.

Saïd Ali Kemal a confirmé sa candidature à la présidence et a mis en perspective les problèmes actuels des Comores dans un contexte plus large. Il a par ailleurs confirmé qu’il n’était pas favorable à  l’idée d’une période de transition constitutionnelle qui remplacerait l’élection prévue pour 2016.

 

« J’ai été le premier à dénoncer les dangers de la constitution actuelle.  Si aujourd’hui tout le monde me donne raison, je me suis senti bien seul en 2001 parmi la classe politique…

 

« Dans l’immédiat, je pense pourtant qu’il faut respecter la constitution, aussi mauvaise soit-elle, pour éviter de déstabiliser encore plus le pays. L’histoire nous a montré qu’une poignée d’individus peuvent mener notre pays de transitions en transitions, de mal en pis et de Charybde en Scylla. Utilisons notre mémoire pour nous en convaincre et ne pas laisser une poignée d’individus corrompus confisquer le pouvoir pour leurs intérêts personnels.

 

En revanche il sera de la responsabilité du nouveau président d’entamer immédiatement des consultations avec le peuple, l’ensemble des responsables politiques, mais aussi les syndicats, les mouvement civils (femmes, étudiants…) et la diaspora pour définir, ensemble, une voie vers un vrai changement.

 

Nous devons œuvrer pour une nouvelle constitution, peut-être même sous la forme d’une tournante revisitée, juste pour chacune des îles, applicable, rationnelle et qui allège les finances de l’État. 

 

Dès à présent, je vais tenter de créer un consensus sur ce point auprès du reste de l’opposition pour que nous ne tombions pas dans le piège qui  nous est tendu.»

 

Saïd Ali Kemal a été acclamé par la foule et est resté près d’une heure de plus que prévu.

 

 

The post Saïd Ali Kemal opposé à une transition dangereuse appeared first on Pour les Comores, avec Kemal.

Powered by Comores infos