You are here: Home » Actualité » Saïd Hassane Saïd Hachim va-t-il devenir Président?

Saïd Hassane Saïd Hachim va-t-il devenir Président?

Saïd Hassane Saïd Hachim va-t-il devenir Président?

Cette perspective rend malade et gaga Assoumani Azali

Par ARM

     Comme toujours, chaque fois que le dictateur fou de Mitsoudjé veut insulter quelqu’un, il demande au Chezanien Msa Ali Djamal d’organiser une campagne haineuse et stupide d’injures, insultes, calomnies, diffamation et dénigrement contre lui. Comme Msa Ali Djamal profite d’un emploi fictif et comme les mots «dignité», «amour propre» et «respectabilité» n’existent pas dans son langage rabougri de sapajou, il accepte toutes les bassesses. Il est en pointe dans la campagne d’injures sur la personne de Saïd Hassane Saïd Hachim, qui n’hésite pas à défier et à humilier publiquement le mort-vivant et «pouvoiriste» polygame fou Assoumani Azali Boinaheri dit Bakapihi, «Le Père qui ne prépare jamais à manger».

La surmédiatisation de Saïd Hassane Saïd Hachim, que le «concubinocrate» Assoumani Azali Boinaheri ne peut tout de même pas emprisonner, est devenue une épine dans la gorge de ce dictateur inculte et borné. Ce dernier a lâché dans la nature l’enragé et complexé Msa Ali Djamal sur les réseaux asociaux parce qu’il a peur d’une chose: les prises de position d’une grande figure politique modérée et respectée casse en mille morceaux le mensonge grossier selon lequel le dictateur fou de Mitsoudjé est irremplaçable parce que l’opposition manque de grands leaders et de leadership. En son temps, Ahmed Abdallah Abderemane disait régulièrement à Alain Deschamps, Ambassadeur de France aux Comores de 1983 à 1987: «J’ai beau réfléchir, je ne vois personne capable de me remplacer»: cité par Alain Deschamps: Les Comores d’Ahmed Abdallah. Mercenaires, révolutionnaires et cœlacanthe, Karthala, Collection «Tropiques», Paris, 2005, p. 71.

Aujourd’hui, le satrape de Mitsoudjé craint comme la peste une perspective qui conduirait à la désignation de Saïd Hassane Saïd Hachim, acteur politique modéré et respecté, pour diriger un gouvernement d’union nationale et de transition, et ce, pour ramener le calme et la tranquillité aux Comores, avant ou après une mort violente du dictateur. Pour rendre impossible ce scénario, le «ventriote» Assoumani Azali Boinaheri fait tout pour salir Saïd Hassane Saïd Hachim, en faisant raconter des mensonges sans intelligence sur lui. Cette mascarade n’éclabousse que ceux qui transgressent les valeurs de la société comorienne et injurient l’un des supports de la Grande Tradition d’un pays dont la fierté est dans ses valeurs traditionnelles.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Mercredi 11 septembre 2019.

Powered by Comores infos