You are here: Home » Actualité » Saïd Larifou, espion salarié d’Azali contre les Comores

Saïd Larifou, espion salarié d’Azali contre les Comores

Saïd Larifou, espion salarié d’Azali contre les Comores

Les membres de sa bande sont de partisans du même Azali

Par ARM

       Dur, dur, d’exister en politique quand on n’est rien, quand on ne représente rien. Le sieur Saïd Larifou, l’avocat déchu, est dans les bas-fonds de l’inexistence et de l’insignifiance politiques. Il y a toujours été, le pauvre chéri. La preuve la plus accablante vient du fait que du vivant de son parti RIDJA, lui-même était nommé, prénommé et surnommé RIDJA. Ce n’est pas un bon signe, et aux Comores, quand un «faiseur de politique» reçoit en héritage et pour solde de tout compte le nom de son parti, cela signifie la fin des haricots pour les deux. De fait, quand les Comoriens ont vu les images pitoyables et lamentables du sieur Saïd Larifou, l’avocat déchu, et consorts dans la salle d’attente (oui, dans la salle d’attente) de l’Ambassade de Tanzanie à Paris, ils ont été médusés, horrifiés, scandalisés et indignés: «Mais, pourquoi n’ont-ils pas demandé, au préalable, avant de se rendre à l’Ambassade, s’il y avait un registre pour les condoléances et si l’Ambassadeur pouvait les recevoir?», se demandent les Comoriens, révoltés d’être «représentés» d’une façon aussi honteuse et désastreuse.

Pis, aujourd’hui, ce qui se soupçonnait hier sous le manteau est reconnu officiellement par des collaborateurs du dictateur fou et terroriste Assoumani Azali petit-fils de Boinaheri qui ont la confiance de ce site pour la fiabilité de leurs informations contre la dictature, qu’ils exècrent et maudissent à chaque moment de leur vie: le sieur Saïd Larifou, l’avocat déchu, est bel et bien en mission officielle pour son maître, le dictateur fou et terroriste Assoumani Azali petit-fils de Boinaheri. Le sieur Saïd Larifou, l’avocat déchu, est un salarié de la dictature de Mitsoudjé. C’est son statut de chaouch auprès du dictateur qui le pousse à détester son pays, à saboter tous les travaux de la vraie opposition, à s’en prendre aux vrais opposants et à agir en permanence de manière à favoriser la dictature. Qu’on se le dise!

L’avocat déchu Saïd Larifou et son maître Assoumani Azali

La source de Beït-Salam enfonce le clou: «Même sans avoir été un élève brillant et un étudiant exemplaire, RIDJA a été vu à l’école pendant quelques années de sa vie. Alors, comment expliquer cet acharnement haineux et répugnant contre des Comoriens qui luttent contre un tyran borné et sanguinaire? Il a le même parcours azaliste que certains de ses compagnons suivistes. RIDJA a été l’avocat du dictateur et ne l’a jamais lâché même quand ce dernier a refusé de lui donner de l’argent pour éponger ses dettes à la Réunion. Ali Mhadji avait été Député du parti politique du dictateur. Kamal Abdallah Salim a été l’un des plus fervents soutiens à la dictature quand celle-ci avait commencé à détruire le pays par de prétendues “Assises nationalesˮ, qui n’avaient de nationales que le nom. Il s’était même déplacé de Paris à Moroni à l’été 2017 pour soutenir les “Assisesˮ. Seul l’ex-Député Tocha Djohar Abdallah détonne dans cette bande, lui qui n’a jamais appartenu au dictateur. Alors, je confirme: RIDJA est un espion pour le dictateur, qui lui assure un salaire. Tout ce qu’il dit et fait, c’est du cinéma, pour consolider la dictature. Il est favorable à la dictature».

Le sieur Saïd Larifou, l’avocat déchu, est notoirement nuisible. Mais, ce qu’il ne sait pas, c’est qu’il est avant tout nuisible à lui-même et aux Comores. Quand les pays étrangers le voient aujourd’hui dans des habits de prétendu «opposant», ils disent: «Les Comoriens ne sont pas sérieux. Comment leur faire confiance quand Saïd Larifou, qui encensait hier Assoumani Azali Boinaheri car il est un démocrate, dit le combattre aujourd’hui car il est un dictateur? Assoumani Azali Boinaheri est un dictateur sans la moindre éducation, ni manières, mais au moins, on sait qu’il ne changera jamais de caractère et de camp». Merci.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Samedi 20 mars 2021.

Powered by WPeMatico