You are here: Home » Actualité » Saïd Larifou s’est enterré seul à l’Ambassade de Tanzanie

Saïd Larifou s’est enterré seul à l’Ambassade de Tanzanie

Saïd Larifou s’est enterré seul à l’Ambassade de Tanzanie

Ses fanfaronnades infantiles font jaser, ricaner et cancaner

Par ARM

       Depuis que les Comoriens ont entendu Môssieur Saïd Larifou dit RIDJA, l’avocat déchu, dire que leur pays n’est qu’un simple quartier de la Tanzanie, ils sont furax. Il aurait pu dire «pays jumeau», mais la mendicité l’a poussé au pire, à transformer tout un pays en un simple quartier d’un pays certes cher aux Comoriens, mais un pays étranger. Imaginez-le Vice-président du rigolo Mohamed Saïd Fazul en 2011-2016, comme il en était candidat; et il aurait vendu les Comores en pièces détachées, «quartiers par quartiers». C’est à l’Ambassade de Tanzanie en France qu’il a fait sa déclaration contre l’honneur et la dignité des Comores, sous le regard attendri et énamouré de ses séides de la Bande à 4. Avait-il vraiment besoin de se filmer et de se mettre en scène dans cette posture de mendiant? Des politiciens comoriens ont été appelés par les leurs pour savoir s’ils n’avaient pas eu l’horrible idée d’accompagner Môssieur Saïd Larifou, l’avocat déchu, dans ce voyage en aller simple en enfer politique.

Même les bébés en couche-culotte disent que cette fois-ci RIDJA s’est enterré vivant en politique, et un des meilleurs fils des Comores a déclaré: «Les Témoins de Jéhovah ont définitivement perdu la chance de voir l’un des leurs diriger un jour même très lointain les Comores. Maintenant, la seule chance qu’a Saïd Larifou pour diriger un pays est au Mali! Les Comoriens le méprisent et le détestent à un point où ils refusent de respirer le même air que lui». Une fois de plus, force est de constater qu’avant d’aller se faire harakiri et se faire enterrer à l’Ambassade de Tanzanie à Paris, il aurait dû appeler l’Ambassade pour savoir si un membre de la mission diplomatique pouvait le recevoir accompagné de sa bande et si un registre était ouvert pour les condoléances. Mais, non…

Il y a pire. Môssieur Saïd Larifou, l’avocat déchu, accorde trop d’importance au fait qu’il avait été le premier à se rendre à l’Ambassade de Tanzanie à Paris pour présenter des condoléances à la suite de la mort du Président John Pombe Magufuli, terrassé par le coronavirus, alors que selon lui, «le coronavirus a été vaincu en Tanzanie par les prières». Alors, Môssieur Saïd Larifou, l’avocat déchu, est le premier arrivé à l’Ambassade parce qu’il voulait y arriver avant qui? Il est en concurrence avec qui dans la présentation des condoléances aux larmes de crocodile? Si ses condoléances étaient sincères, avait-il besoin de se mettre en scène et de se filmer? Ses fanfaronnades font jaser, ricaner et cancaner.

Ce qui est bizarre, c’est que ce type a une formation d’avocat. Or, à l’École des Avocats de Paris, par exemple, il existe un cours qu’on a surnommé «théâtre», sur la prise de parole en public par l’avocat et la communication de ce dernier en général. C’est une merveille agrémentée par l’échange d’expériences avec de grands avocats généraux, avocats… Est-ce que Môssieur Saïd Larifou, l’avocat déchu, veut dire aux Comoriens qu’il n’assistait pas à ses cours et qu’il n’y a rien appris? Si c’est le cas, qu’il l’affirme en public pour que la chose soit claire dans les esprits. On ne peut pas avoir étudié dans une École des Avocats et passer sa vie à multiplier les âneries d’âne rouge en matière de communication. Que fait-il de la dignité de l’avocat qu’on nous apprend à l’École des Avocats? Où a-t-il vu un homme responsable aller chez les gens et mendier une entrevue? Il en fait trop, le pauvre chéri doudou d’amour.

Que va encore faire cet hurluberlu pour essayer de prouver qu’il ne s’est pas tué et ne s’est pas enterré politiquement à l’Ambassade de Tanzanie à Paris? Même les âmes sensibles refusent d’avoir pitié de lui.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Samedi 20 mars 2021.

Powered by WPeMatico