You are here: Home » Actualité » Saïd Larifou veut me couper le zizi. Il me haït à mort

Saïd Larifou veut me couper le zizi. Il me haït à mort

Saïd Larifou veut me couper le zizi. Il me haït à mort

Il est une personnalité publique, mais refuse la critique

Par ARM

       De nombreux lecteurs, de nombreuses lectrices ont appris que Saïd Larifou allait porter plainte contre moi pour diffamation, et ont tenu à me manifester leur soutien amical et fraternel. Certaines familles m’ont même rassuré: «Au cas improbable où tu seras condamné pour diffamation, nous nous organiserons pour t’apporter un repas familial dans ta cellule de prison à Majicavo, chaque jour». Merci à tous et à tous, mais rassurez-vous: sur le territoire français, même quand on est reconnu coupable de diffamation, on ne va jamais en prison. C’est aux Comores où on va en prison pour diffamation, et cela, avant même le jugement. Saïd Larifou est une personnalité publique qui refuse la critique, mais devra expliquer au juge pourquoi il n’était pas présent à l’audience pour défendre son client dans une affaire qui a été marquée par de graves conflits d’intérêts et des ententes illicites entre avocats. J’attends de pied ferme sa convocation. Étant avocat, je me défendrai seul. En tout état de cause, je félicite Saïd Larifou pour sa brillante idée, née de la haine profonde qu’il nourrit envers moi. Sa plainte l’aidera à devenir Président des Comores. C’est toujours ça de gagné.

Par ARM

Le copier-coller a définitivement tué la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Mercredi 14 octobre 2020.

Powered by WPeMatico