You are here: Home » Actualités » Salami Abdou: "Je demande l’ouverture d’une enquête internationale''

Salami Abdou: "Je demande l’ouverture d’une enquête internationale''

Dans un interview avec la Gazette des Comores, le gouverneur de l’île autonome d’Anjouan réfute l’idée selon laquelle il serait en partance pour Mayotte, déclarant qu’il n’est pas « du genre à fuir ». Salami Abdou affirme ne rien à voir avec les insurgés et demande à ce titre, l’ouverture d’une enquête internationale. Amer, il dit profondément regretter son soutien au candidat Azali Assoumani, lors des présidentielles de 2016.

La Gazette des Comores: Certaines sources affirment que vous seriez en partance pour l’île de Mayotte…

Salami Abdou: Je suis un responsable, qui assume ses responsabilités. Je sais qu’il s’est passé pas mal de choses très regrettables au cours de cette semaine, mais ce n’est pas une raison pour fuir. D’autant plus que je ne me reproche rien. Ce n’est pas parce que j’ai organisé une manifestation, en collaboration avec l’Union de l’opposition pour revendiquer nos droits, que je partirai. Donc, pour répondre à votre question, il n’est pas question que je quitte mon pays.

LGDC: Vous dites avoir organisé une manifestation pacifique mais il y a quand même eu des affrontements armés, notamment à Mutsamudu.

S.A: Nous avons, certes, organisé une manifestation pacifique, pour le reste je n’en sais rien. Nous n’avons pas d’armes, pas d’armée et je puis vous assurer que les affrontements qui ont eu lieu ne sont pas de notre fait. D’ailleurs, à ce propos, je demande l’ouverture d’une enquête indépendante pour tirer toute cette histoire au clair.

LGDC: Le ministre de l’Education, Salim Mahmoud, vous a accusé d’avoir fourni des armes aux rebelles dans une mosquée de Mutsamudu. Que répondez-vous à ça ?

S.A: Ces accusations sont infondées. Cela fait au moins 25 jours que je n’ai pas mis mes pieds dans une mosquée de Mutsamudu, encore moins dans la médina. La dernière fois que je m’y suis rendu, c’était pour une prière funèbre. Je l’ai dit mais je le redis encore: je demande l’ouverture d’une enquête internationale.

Powered by Comores infos