You are here: Home » Actualités Comores » Salatu-l-jummu’’a’’ : Je n’en reviens pas, après ma prière de vendredi à la Courneuve

Salatu-l-jummu’’a’’ : Je n’en reviens pas, après ma prière de vendredi à la Courneuve

Salatu-l-jummu’’a’’ : Je n’en reviens pas, après ma prière de vendredi à la Courneuve

Aujourd’hui, en ce jour de prière de vendredi, j’ai été très content d’accomplir dans la mosquée des comoriens de la Courneuve salat-l-jummu »a » avec mes compatriotes. Mais dans mon fort intérieur, ma conscience était chamboulé de voir dans quelle condition nos compatriotes accomplissent au quotidien leurs cinq prières. Cela fait des années qu’ils prient  dans un minuscule appartement transformé en salle de prière, au rez-de-chaussée de l’immeuble. La salle était pleine comme un œuf, les fidèles se bousculaient pour se faire une petite place pour accomplir la salat.  La salle de bain est transformée en lieu réservé aux ablutions. Bref, cela dépasse l’entendement humain, de voir les fidéles s’accommodaient dans de telles conditions inadmissibles depuis tant d’années.


Malheureusement cette situation résulte l’état d’esprit de notre communauté, c’est-à-dire qu’il y a aucune organisation, à part l’anarchie. Une communauté très dure, renfermée sur elle-même et qui refuse de vivre dans son temps.


Pour essayer de comprendre, Ahmed Djoumbé SOIMADOU, un comorien habitué de la mosquée s’est offusqué devant nous, lorsque nous l’avons interpellé : « Vous savez, prier dans ces conditions, dans 60 m carrés, pour toute une communauté, cela est inacceptable ! Cela fait des années que nous appelons les responsables à lancer un projet de construction d’une mosquée comorienne, mais en vain, les responsables sont imperméables. Ils ne voyaient pas le danger que nous courons en priant dans une salle où on se serre comme des sardines où les conditions d’aérations sont aléatoires ».


Mais alors, Comment prendre que celle-ci est la première communauté de la Courneuve et pourtant elle continue à prier dans des conditions exécrables… ?
Pourquoi, elle organise tous les weekends des madjilss destinés à financer des projets au bleds, sans penser un seul instant à l’amélioration de leurs conditions de prière et de vie?


Décidément, nous pouvons comprendre que la méfiance règne entre eux, du fait que les détournements des fonds sont légions à chaque fois qu’un madjiliss est organisé?


Mbadakome

Blog d’actualité économique et sociale des Comores-tendance soilihiste.

cet article Salatu-l-jummu’’a’’ : Je n’en reviens pas, après ma prière de vendredi à la Courneuve est apparu en premier sur Comores Actualités.

Powered by Comores infos