You are here: Home » Actualité » «Sales et pouilleux Mohéliens, dégagez de Moroni!»

«Sales et pouilleux Mohéliens, dégagez de Moroni!»

«Sales et pouilleux Mohéliens, dégagez de Moroni!»

Mohéliens, vous êtes indésirables à Moroni. Dégagez!

Par ARM

       L’affaire serait restée dans la sphère privée si Kiki ne s’en était pas mêlé, en affichant tout son mépris et sa haine envers les Mohéliens, qu’il traite en métèques, rastaquouères et bêtes cornues. Oui, l’affaire aurait été une simple péripétie si Kiki n’avait pas mobilisé tout l’appareil répressif d’État contre Mme Fatima Ali Ridhoi, veuve Mohamed Mfoihaya. Oui, l’affaire aurait été un simple fait si Kiki ne s’était pas acharné contre Mme Fatima Ali Ridhoi, du simple fait qu’elle est de Mohéli. Mme Fatima Ali Ridhoi est une sœur. Elle est la sœur de plus des ¾ des Mohéliens. Elle est de Djoiezi, Mohéli. Elle est la veuve d’une figure emblématique de Moroni: Mohamed Mfoihaya, ancien d’Électricité et Eaux des Comores (ÉEDC), que Dieu l’agrée au Paradis.

Mme Fatima Ali Ridhoi a une maison à Moroni. Cette maison a subi les agressions et les dégradations causées par des voisins originaires de Bacha, à Moroni, le quartier de Kiki. Mme Fatima Ali Ridhoi a tout fait pour que cessent ces outrages causés par la haine et le mépris. Elle ne demande rien à personne; elle veut juste qu’on cesse de détruire sa propriété. C’est tout. Et pour avoir voulu que cessent les injustices visant sa maison, elle se retrouva aux mains des forces de la répression de Kiki, à la demande personnelle de Kiki. L’un de ses fils l’y avait précédée. Et quand ce fils a pris l’avion pour rentrer en France, où il vit habituellement, les forces de la répression aux ordres de Kiki se lancèrent sur la mère, l’obligeant à lambiner dans l’antre de la répression, à Moroni, de 8 à 20 heures sans que les hommes de Kiki ne daignent lui signifier une charge quelconque. Pendant ces 12 heures, personne ne lui adressa la parole. Une Mohélienne, vous imaginez bien…

Cette arrestation arbitraire a été suivie de toutes les injures envers les Mohéliens: «Sales et pouilleux Mohéliens, dégagez de Moroni!», «Ils sont qui, ces Mohéliens, pour construire des maisons à Moroni?», «Nous allons incendier les maisons de ces Mohéliens à Moroni», «Maintenant, même ces cafards de Mohéliens construisent à Moroni?», «Mohéliens, dégagez de Moroni!».

Foin de palinodies! Les Mohéliens vivant à Moroni sont prêts à regagner leur île tout de suite. Immédiatement! Seulement, chacun devra assumer ses responsabilités parce que leur retour sur leur île devra être accompagné immédiatement du départ de Mohéli de tous les étrangers venus des autres îles de l’Union des Comores qui y vivent.

À Mohéli, Mme Fatima Ali Ridhoi dispose des terres qui peuvent lui permettre de construire 36 villas de la dimension d’un stade de football chacune. Elle a une maison à Moroni pour ses enfants, dont le père était de Moroni. Si cela est un péché, qu’on le dise tout de suite aux Mohéliens! En tout état de cause, le Tout-Mohéli suit cette affaire avec intérêt et tristesse, se réservant le droit de riposter le moment venu. Ce moment viendra.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Samedi 27 juillet 2019.

Powered by Comores infos