You are here: Home » Actualités » Salim Hatubou : une figure culturelle du quartier, Une nouvelle médiathèque ouvre ses portes dans le quartier de Saint-Antoine

Salim Hatubou : une figure culturelle du quartier, Une nouvelle médiathèque ouvre ses portes dans le quartier de Saint-Antoine

Le quartier de Saint-Antoine et les habitants du 15e arrondissement disposent d’un nouvel espace culturel.
Située 1 rue des Frégates, la médiathèque municipale Salim-Hatubou accueille le public – à partir d’hier 20 octobre, dés 13h à 19h, du mardi au samedi.
Avec ses façades en pierre de taille et ses aménagements intérieurs en bois massif, l’établissement propose – sur 900 m² – des espaces lumineux (grandes baies vitrées et éclairage soigné) et confortables avec des équipements techniques performants.

Il pourra disposer de 25 000 documents (livres, CD et DVD, journaux et magazines) répondant aux besoins de loisirs, de découverte ou d’information de toutes les générations.
L’accent sera mis sur une programmation culturelle riche et diverse qui fera la part belle à la jeunesse (lecture aux tout-petits, éveil musical, ateliers créatifs) et à l’accès au numérique (initiation à l’ordinateur et internet, ateliers de création numérique, programmation…)
Des ateliers pratiques ou de loisirs pour adultes seront aussi proposés : recherche d’emploi, club lecture, ateliers créatifs… 
Axée sur l’accueil, l’animation et la formation, cette médiathèque se veut résolument tournée vers ses publics et à l’écoute des attentes et besoins de chacun pour construire, ensemble, la vie et l’avenir de ce lieu.
À l’occasion de l’ouverture, de nombreux ateliers musicaux, créatifs, sensoriels, des moments de partage autour du livre, du conte et des jeux vous sont proposés

Salim Hatubou : une figure culturelle du quartier

Écrivain, poète et conteur franco-comorien disparu en 2015, Salim Hatubou a vécu à Saint-Antoine depuis l’âge de 10 ans. Il a marqué profondément le quartier de son enfance grâce à la transmission de la culture et de la tradition.
Adolescent, il écrit des nouvelles ou des articles bientôt repris dans différents magazines et journaux. Son premier ouvrage, « Contes de ma grand-mère » est publié aux « Éditions L’Harmattan ». Outre les contes, il écrira aussi romans et poèmes. Il est considéré comme l’un des pionniers de la littérature comorienne d’expression française. L’écriture est le mode d’expression qu’il a choisi pour revendiquer ses origines, avec toujours comme devise « Sache d’où tu viens, tu sauras toujours où tu vas ».

Salim Hatubou revêt également l’habit de conteur dans les écoles, les bibliothèques, les festivals, en France mais aussi à l’étranger, portant la culture comorienne mais aussi celle de la ville  de son enfance, Marseille. Il anime également des ateliers d’écriture.
Lors de la réhabilitation des cités La Solidarité (où il a grandi) et Kallisté, il a été effectué – en compagnie d’un photographe et d’un auteur compositeur – un travail de mémoire auprès des habitants pendant deux ans (2009 et 2010). Ce travail a donné lieu à un ouvrage (avec un CD et une exposition) intitulé « Solidarité-Kallisté : que sont nos cités devenues ? ».

Il a coécrit et interprété (avec Damir Ben Ali), « Kara ou le destin conté d’un guerrier », un feuilleton de 8 épisodes sur une épopée comorienne.  Un texte qui sera mis en scène et joué à Marseille dans le cadre de Marseille Capitale européenne de la Culture en 2013.

La Ville de Marseille tenait à lui rendre hommage en donnant son nom à ce nouvel équipement culturel au coeur du quartier de son enfance.

Powered by WPeMatico