You are here: Home » Uncategorized » Salim Saadi réagit sur la polémique franco-comorienne

Salim Saadi réagit sur la polémique franco-comorienne

Salim Saadi réagit sur la polémique franco-comorienne

COMMUNIQUÉ DE PRESSE – SALIM SAADI, AL QAMAR

6 JUIN 2017

Alors que les Comoriens dérivent, Macron sombre!

Par Salim Saadi

Président d’Al Qamar

       De vraies excuses, une prise de conscience réelle du problème d’immigration illégale, et des solutions efficaces et durables pour les Comoriens.

J’ai été comme chaque Comorien des Comores, de France ou de l’étranger, frappé par la sortie approximative, incompréhensible, que dis-je, méprisante, du tout nouveau Président de la République française. Si le son peut parfois laisser place à l’interprétation, l’image est ici sans équivoque. Elle trahit un homme dont la trajectoire empruntée, la communication aseptisée et la ligne conductrice verrouillée sont, depuis des mois, contrôlées jusque dans le moindre détail à tel point qu’elles ont fini par vaciller (on s’en doutait bien), sans nul doute dû à un excès de confiance largement nourri par tant de medias bienveillants.

L’image diffusée et reprise très largement sur les réseaux sociaux fait ressortir le naturel, la spontanéité, un fond de pensée qui évacue immédiatement d’un revers de la main la soi-disant erreur d’appréciation, la maladresse, la boutade. Il s’agit là d’un sujet sérieux. Le sentiment de toute-puissance a pris le dessus sur la mesure, le sens des responsabilités, l’analyse, la modération. On est malheureusement dans la droite lignée d’un autre homme qui en son temps avait qualifié les plus nécessiteux de «sans-dents». Non, merci, pour ce moment!

L’immigration illégale appelle de la part de nos dirigeants une vraie mobilisation et surtout une autre appréciation de la situation.

Emmanuel Macron, en homme cultivé qu’il semble vouloir se présenter, ignore certainement cette présentation d’un rapport au Sénat de 2012 rappelant notamment que près de 10.000 personnes seraient mortes, en 17 ans, entre Anjouan et Mayotte, au cours de traversées illégales. Au-delà de ce constat que nous partageons, c’est aussi l’absence de réaction immédiate des élus et responsables comoriens sur cette sortie qui m’interpelle.

Peu importe les relations existantes entre la France et les Comores, les Comoriens ont droit au respect, les pêcheurs aussi au passage, qui pêchent bien plus que Monsieur Macron ne le croit. Par ailleurs, les Comoriens veulent savoir concrètement ce que signifie «travailler dans un esprit d’apaisement et de confiance mutuelle», phrase lâchée par le Président à son homologue comorien à l’issue de cette affaire. Est-ce suffisant? Je ne le crois pas. C’est bien peu de crédit accordé à nos dirigeants. Mais réagir signifie expliquer les raisons de l’exil et assumer l’absence de solutions pour y remédier.

De chaque épreuve, il faut savoir en tirer les leçons. C’est à cela qu’il faut s’employer aujourd’hui. Pour ma part, je dénonce fermement cette phrase qui en dit long, j’exige de vraies excuses assumées et des propositions, mais j’attends également du gouvernement comorien la mise en place de mesures fortes visant à offrir à ses habitants une alternative sérieuse et durable à ces embarcations du désespoir.

Salim SAADI,

Président d’Al Qamar

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Jeudi 8 juin 2017.

Powered by Comores infos