You are here: Home » Actualités » Sambi, un orphelin avant l’heure

Sambi, un orphelin avant l’heure

    Sambi, un orphelin avant l’heure
 
Tous les comoriens s’interrogent sur le sort réservé à l’ancien président par, d’une part, le gouvernement comorien et de l’autre, par son parti JUWA et sa famille.
Hier l’état de santé de l’ancien président, M.Ahmed Abdallah Sambi , suscite un vent de panique dans le pays et dans la diaspora. Après son scanner effectué dans une clinique de la capitale, il a été transféré dans son domicile, pendant que les médias annonçaient un autre itinéraire, c’est-à-dire son transfert en Arabie Saoudite ou en Tanzanie. Malheureusement ces inquiétudes sont le résultat du mauvais sort qui lui est réservé par tout un système.
En effet, l’ancien mollah SAMBI est victime de séquestration et de torture infligée par la dictature, mais aussi l’oubli dont font preuve sa famille et son parti politique, le JUWA. Cela fait plus d’un an qu’il est séquestré dans sa propre maison et à vu au fil des mois son état se dégradé. Avec un état jugé préoccupant, Il est  régulièrement victime de malaise.
Mais son sort s’est accentué par l’abandon dont font preuve ses proches. Cela étant, aucun membre de sa famille proche, ni dans ses amis n’a manifesté sa volonté de dénoncer cette séquestration abusive et ni encore moins d’engager un vrai avocat pour lui représenter, car ce n’est pas son avocat actuel qui, lors de l’élection présidentielle de 2016, a montré un certain opportunisme. C’est une 1ere dans le monde qu’un avocat s’improvise candidat à la présidentielle, sous prétexte que son client est interdit de participer.
Mais que dire de son parti JUWA ! Tout le gratin du parti de SAMBI, à commencer par M.Barwane, M.Dossar, Dr Chakour, le député Fahmi, M. Ismael Msaidié, le député Tocha, le député Msaidié et d’autres, sont restés muets. Personne n’ose convoque une réunion du parti pour étudier la situation de SAMBI. Chacun est resté tranquille chez lui et attend la mort de SAMBI pour le succéder. C’est le même sentiment qui traverse probablement sa famille. Ils attendent devenir rapidement les heureux héritiers au lieu de se battre pour lui.
Dans tous les cas, les grands perdants ici, ce sont les militants du parti JUWA qui, pour le moment, désemparés par ce calcul machiavel de ces leaders. Nous en convenons que cela est dur à faire une telle conclusion, mais convenez avec nous car selon l’expression, qui dit rien consent.
Mbadakome

Powered by Comores infos