You are here: Home » Actualités » Sambi, un prisonnier gênant: Kiki voudrait-il la mort de SAMBI par une crise cardiaque?

Sambi, un prisonnier gênant: Kiki voudrait-il la mort de SAMBI par une crise cardiaque?

    Sambi, un prisonnier gênant: Kiki voudrait-il la mort de SAMBI par une crise cardiaque?
Sambi, Un prisonnier oublié par sa famille et par les siens.
 
Cela fait 18 mois que le domicile de l’ancien président est transformé en prisonniers d’état par le pouvoir d’Azali Assoumani. Depuis cette date, cet homme qui fait tant rêver les comoriens, mobiliser des foules lors de ses grands meetings électoraux,  se retrouve seul, isolé comme un vulgaire prisonnier.
La vérité est que si Azali et Kiki ont conscience que Sambi n’est pas un prisonnier lambda, et surtout son enfermement fait le bonheur de certains de sont entourage. Si tel n’est plus le cas, jamais  AZALI ne donnerait l son aval pour traiter Sambi comme un simple prisonnier.
Et ce n’est pas étonnant si le ministre de la mort, M.KIKI passe au niveau supérieur de la maltraitance, en donnant  des autorisations à des bandits pour aller insulter, harceler moralement SAMBI, afin de le  tuer par crise cardiaque. Là, le régime a atteint le niveau supérieur dans la discipline du sadisme.  C’est bien une nouvelle escapade à la violation des droits humains, un acte interdit par la convention de Genève. Ce harcèlement moral est la preuve tangible que la dictature aux Comores a atteint son paroxysme.
 
Mais un tel acte est possible car vu la situation, on dirait que l’ancien président n’a ni le soutien de sa famille et de son parti, le JUWA.
Comment comprendre que Sambi est soutenu par sa famille et par son parti JUWA, alors qu’il subi les tortures les plus pires sans qu’aucune voix ne se lève?
Question difficile à répondre, mais elle  mérite une réponse. Comment admettre que lors de la dernière élection présidentielle, sa famille et le JUWA ont validé la candidature de Me Mahamoud, l’avocat de SAMBI, comme si c’était Sambi lui-même ? Mais comment l’avocat de quelqu’un peut-il prétendre candidat à sa place ? Si SAMBI avait tué, celui-ci , en communion avec son client, accepterait, lui aussi de devenir assassin ? 
Et quelles sont les actions entreprises par la famille et le parti en faveur du prévenu? L’indifférence qu’à fiche les magnas du parti laissent comprendre que son isolement arrange certains dans le parti. Pour rappel, à son retour au pays après la conférence des arnaqueurs , ZALI a déclaré ceci devant tous ces fonctionnaires venus l’accueillir à Hahaya : Le JUWA kalitsuwala maintenant,(le soleil a cessé de brille), ce qui signifie que c’est azali qui a pris la place de Sambi aux Comores. Et paradoxalement, le  parti n’a fait aucune déclaration. A en croire que le parti joue la même partition qu’AZALI. Si réellement les ténors du parti avaient l’intention d’œuvrer pour la libération de SAMBI, il y a longtemps que les militants seraient sensibilisés pour converger ensemble vers le domicile de l’ancien président et là on verra si AZALI va fusiller des milliers des militants. Rappelons-nous des meetings de Sambi, qui mobilisaient des foules, en l’occurrence le meeting de la place Ajao? N’est-ce pas une preuve tangible ?
 
Enfin, Il faut que la libération de SAMBI soit inscrite sur l’agenda du parti JUWA, car une opposition moribonde ne peut œuvrer pour sa libération, de lors que son propre parti n’en  fait une priorité. dans tous les cas, certains continuent à croire que si une étoile  meurt, une autre resurgira.

Mbadakome
 

Powered by Comores infos