You are here: Home » Actualité » Satan fuit devant le nom et les diplômes de Mzimba

Satan fuit devant le nom et les diplômes de Mzimba

Satan fuit devant le nom et les diplômes de Mzimba

Voici les preuves des mensonges d’Ibrahim Ali Mzimba

Par ARM

       La première question que toute personne objective et soucieuse de connaître la vérité sur Ibrahim Ali Mzimba doit se poser est: comment votre site préféré est entré en possession de ces preuves accablantes sur les faux et usage de faux diplômes par Ibrahim Ali Mzimba. Voici les faits.

1.- Dans sa lettre du 14 avril 2003 à Ali Ibrahim Mzimba (une des multiples identités controversées d’Ibrahim Ali Mzimba!), l’Ambassade de France à Moroni parle du diplôme d’Ali Ibrahim, sans le Mzimba, obtenu le 30 juin 1992. Voici de nouveau cette lettre.

Lettre de l’Ambassade de France

2.- Or, le diplôme (Licence en Droit) obtenu en 1992 par ALI Ibrahim, sans le Mzimba, et dont se prévaut Ibrahim Ali Mzimba ne date pas du 30 juin 1992, comme indiqué sur le courrier précité, mais du 9 septembre 1992. Voici la copie de cette Licence.

       3.- Voici une Maîtrise en Droit obtenue le 8 octobre 1993 par ALI Ibrahim, sans le Mzimba.

       4.- Nulle part sur les deux diplômes, nous ne voyons la mention «Institut d’Études politiques d’Aix-en-Provence», qu’on retrouve sur le Mémoire. Pis, la Licence est obtenue en «Administration publique» et la Maîtrise en «Droit interne», alors que le Mémoire fait état de «Service public». Plus mortel encore, le Mémoire d’Ibrahim Ali Mzimba est rédigé par Ali Mzimba IBRAHIM et non par ALI Ibrahim. En voici de nouveau cette preuve accablante.

       5.- La question que les Comoriens se posent est: comment le Mémoire rédigé par Ali Mzimba IBRAHIM peut-il être à l’origine de l’obtention du diplôme d’ALI Ibrahim. En d’autres termes, comment, le matin, le nom de famille d’Ibrahim Ali Mzimba peut-il être ALI et à midi IBRAHIM? Comment?

6.- Les relevés des notes d’Ibrahim Ali Mzimba contiennent des incohérences énormes sur leur certification, mais nous n’avons pas besoin de les reproduire ici car ils risqueraient d’alourdir l’article.

Voilà des faits qui parlent d’eux-mêmes et qui nous apprennent qu’Ibrahim Ali Mzimba n’a jamais été, n’est pas et ne sera jamais le juriste qu’il prétend être. Les contradictions relevées ici et qui se passent de tout commentaire nous incitent à regarder cet homme haineux, vaniteux, prétentieux et dénué de tout scrupule sous un nouveau jour. De juin 2013 à mars 2018, quand j’étais en contact avec lui, je ne l’ai jamais entendu développer un argument de Droit ou parler de Droit. Comme dit l’autre, ceci explique cela.

Voilà les diplômes de l’homme qui dirigeait le Barreau de Moroni, le plus grand des Comores. Après, on s’étonne de la nullité des «juristes» des Comores, dont certains sont des charlatans dont Ibrahim Ali Mzimba est le Saint Protecteur. Dès lors, chaque fois que vous verrez Ibrahim Ali Mzimba, pensez aux incongruités et monstruosités de son dossier. La seule conclusion qui s’impose est: si Ibrahim Ali Mzimba veut prouver sa bonne foi, qu’il produise les originaux ses diplômes en public et qu’il explique aux Comoriens et aux chancelleries pourquoi tantôt son nom de famille est ALI, tantôt IBRAHIM, au sein de la même Université, pour les mêmes diplômes.

In fine, Ibrahim Ali Mzimba doit se poser une seule question aujourd’hui: comment ai-je obtenu les documents le concernant et pourquoi les siens ont tenu à les mettre entre mes mains, en m’encourageant à les présenter au public?

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Dimanche 13 juin 2021.

Powered by WPeMatico