You are here: Home » Actus » Société/ L ‘ancien ministre Djaanfar Salim Allaoui alerte sur la situation des étudiants comoriens à Madagascar

Société/ L ‘ancien ministre Djaanfar Salim Allaoui alerte sur la situation des étudiants comoriens à Madagascar


Rencontre avec les étudiants

Nous publions ci-dessous un texte de Monsieur Djaanfar Salim Allaoui, ancien ministre et actuel Directeur des impôts et des domaines (Agid) au niveau de Ndzuani qui,  de passage à Madagascar où il a rencontré des représentants de la nombreuse communauté estudiantine comorienne sur place , tire la sonnette d’alarme sur les conditions de vie difficiles que mènent ces étudiants  dans la  la Grande île.

Lors de la rencontre entre le leader du parti GNEC-Renové les représentants des étudiants, ces derniers ont pu exposer très largement les difficultés auxquelles ils sont confrontés au premier rang desquels se trouve évidemment l’ épineuse question du droit de séjour chez ce grand voisin de l’Océan indien. Un problème qui existe depuis plus d’une dizaine d’années déjà et dont les gouvernements des deux pays , pourtant , membres de la Commission de l’océan indien (COI)  au sein de laquelle on promeut officiellement l’indo-océanie, la libre circulation des îliens dans leur espace etc…n’arrivent toujours pas à trouver une solution pour soulager cette charge qui pèse sur les frêles épaules des étudiants comoriens qui sont en majorité issue de familles pauvres…

Compte rendu de Monsieur DJAANFAR SALIM ALLAOUI
Secrétaire Général et Porte-parole du Parti Politique GNEC-Rénové

Samedi 19 janvier 2019,
11H30 à Antananarivo à la Salle de réunion du Central Hôtel – Tsaralalana

Une réunion composée du mouvement associatif comorien (CECOM, GBCOM) en République de Madagascar, s’est déroulée ce samedi 19 janvier 2019 pour échanger avec moi des conditions d’entrée et de séjour des ressortissants comoriens à Madagascar.
L’ordre du jour a par ailleurs porté sur les péripéties du visa malgache, endurées par nos compatriotes à l’entrée sur la Grande île.

1- Le Visa des étudiants comoriens à Madagascar est trop cher. Il peut valoir 400€ voire même plus pour une durée d’un an.
A maintes reprises, plusieurs personnalités comoriennes sont venues plaider auprès des Gouvernements malgaches successifs ; le dernier en date fût le Président HERY et son Gouvernement et le dernier Président comorien sortant IKILILOU que l’Ambassadeur CAABI a fait venir à Madagascar pour la circonstance. Des promesses non tenues par la partie malgache à l’issue de ces entrevues de haut niveau entre les deux hauts Responsables d’Etat. Certes le visa d’entrée à Madagascar en faveur des comoriens est délivré au niveau des frontières pour une validité d’un mois à l’aéroport d’Ivato à Tananarive au lieu de 3 aux niveaux des frontières de Mahajanga (Aéroport et Port), ce qui relève d’une approche décalée sur l’application des textes entre les deux provinces s’agissant des ressortissants de nationalité comorienne, et ce, malgré les protestations de l’Ambassadeur des Comores à Madagascar.

2- Nous nous sommes penché en outre sur l’épineux problème de la violation de domicile à répétition par les policiers, (Services de l’immigration) malgaches en dépit de plusieurs rappels faits par la Chancellerie comorienne sur le sujet, une façon comme une autre pour une partie de ces flics véreux de s’enrichir en faisant payer certains étudiants comoriens en situation irrégulière.

3- Pour qu’un étudiant comorien puisse s’inscrire dans les Universités, les facultés, et les Grandes écoles, c’est la croix et la bannière.
L’Etudiant comorien puisqu’il est question de ça, pour qu’il puisse s’inscrire, a besoin d’un document appelé « Autorisation d’embarquement », qui suppose de remplir beaucoup de préalables en terme de dossiers administratifs et qu’il peut arriver qu’une fois, ces conditions honorées, le dossier peut demeurer tout bonnement sans suite au ministère malgache des affaires étrangères.
L’Ambassadeur des Comores parvient par moment à faire passer quelques-uns des dossiers d’inscription mais pas tous. Les étudiants finissent par prendre un Visa touristique d’un mois, ce qui ne leur permet pas d’être en règle et se retrouvent forcement dans la clandestinité dans leur quasi majorité.

4- L’Insécurité grandissante à Madagascar touche de plein fouet la diaspora comorienne ; deux étudiants comoriens ont été tués respectivement à Tamatave et à Tana au cours de l’année dernière. Les assaillants de l’un d’eux court toujours.

5- Un étudiant originaire de Sima a été emprisonné à perpétuité pour s’être livré à un trafic odieux de fausse monnaie, et ayant entrainé la mort d’un gendarme malgache. L’Ambassadeur CAABI a réussi à négocier son transfert aux Comores pour qu’il y achève sa peine.
Hospitalisé au Centre Hospitalier Urbain de Mutsamudu, il a pris la fuite.
A 14H15, la réunion a pris fin par la récitation d’un Douan, après que la séance s’est mise d’accord que des batailles ont été certes perdues, mais que la guerre, quant à elle, continuera sur tous les fronts.

 

Powered by Comores infos