You are here: Home » Uncategorized » Soilahdine Saïd Ahmed Cheikh dans un nouveau scandale

Soilahdine Saïd Ahmed Cheikh dans un nouveau scandale

Soilahdine Saïd Ahmed Cheikh dans un nouveau scandale

Djaafar Ahmed Saïd a plongé son maquereau dans de soucis

Par ARM

      Les spécialistes d’analyse politique basés à Moroni sont unanimes pour reconnaître que Soilahdine Saïd Ahmed Cheikh est la mère maquerelle qui a négocié le meilleur virage professionnel de sa «carrière». Oui, il est une mère maquerelle qui aiguise sa bonne et belle «conscience professionnelle» par des bassines d’alcool, mais c’est toujours ça de gagné. Il est la mère maquerelle qui a eu le plus généreux des consommateurs de femmes: Djaafar Ahmed Saïd Hassani (Au secours!). Contre toute logique professionnelle, ce dernier a chassé de la Direction du Bureau géologique des Comores (BGC) le professionnel compétent Naoildine Houmadi pour le remplacer par la mère maquerelle Soilahdine Saïd Ahmed Cheikh connu pour être un cancre notoire n’ayant ramené du Maroc que du vent et qui vit de passe-droits, en souvenir de l’époque où son papa était une grande autorité. Au nom du père, on est donc arrivé au fils.

En quelques jours, à cause de son ivrognerie notoire et de son incompétence criminelle, Soilahdine Saïd Ahmed Cheikh, la mère maquerelle, s’est mis à dos tout le BGC, qu’il détruit chaque jour. Lors des assises de l’énergie, il a été ridiculisé, puisque les pouvoirs publics avaient jugé plus sérieux de s’adresser à Naoildine Houmadi plus qu’à lui, la mère maquerelle. Alors qu’on commençait à peine à oublier cet immense scandale, voilà le vaurien Soilahdine Saïd Ahmed Cheikh plongé dans de nouvelles eaux troubles. Qu’on s’en rende compte!

Le «ministère» de Djaafar Ahmed Saïd Hassani (Ouf! Ouf!) a saisi la mère maquerelle Soilahdine Saïd Ahmed Cheikh, chef du BGC, et lui a abruptement demandé d’éponger les arriérés de la société Safari. Mais, Soilahdine Saïd Ahmed Cheikh, dans ses délires, au bar de La Grillade (oui, oui, vous avez bien lu: au bar de La Grillade, où il se soûlait la gueule), en présence de plusieurs personnes, a affirmé qu’il allait rejeter la demande de l’autorité dont il est la mère maquerelle: Djaafar Ahmed Saïd Hassani (Au feu! Au feu!). Il sait que la société Safari a versé 50.000 dollars pour que le Bureau Géologique éponge des arriérés qui s’élèvent à 300. 000 dollars. Ce n’est pas fini, Mesdames et Messieurs.

En effet, ce que le «ministère» de Djaafar Ahmed Saïd Hassani (Sauve qui peut!) ignore, c’est que le Trésor public est déjà au courant des arriérés de la société Safari. Or, la mère maquerelle Soilahdine Saïd Ahmed Cheikh veut que le «ministère» de Djaafar Ahmed Saïd Hassani (Doux Jésus!) lui verse au moins 20.000 dollars pour «l’aider» à éponger la dette de Safari.

Que veut «Soilahdine»? Est-ce de cette façon qu’il va aider son chef Djaafar Ahmed Saïd Hassani (À l’aide! À l’aide!) et son frère Bahassane Blablas à devenir des politiciens à qui personne ne tiendra le biberon et la tétine, dans leur projet fou de «créer» le Parti Blanc, volant le nom du parti politique emblématique du Prince Saïd Ibrahim, un modèle d’intégrité morale, qui détestait tout ce qui pouvait s’apparenter à des pratiques illicites? Il n’est pas interdit de rêver et même de rêver débout. Mais, dur sera le réveil…

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Vendredi 1er décembre 2017.

Powered by Comores infos