You are here: Home » Uncategorized » Sounhadj Attoumane: mendicité et langue de bois

Sounhadj Attoumane: mendicité et langue de bois

Sounhadj Attoumane: mendicité et langue de bois

De nouveau dans les alliances maudites, il pleurniche

Par ARM

     Un garçon complexe, ce Grandissime Docteur des Grands Docteurs Sounhadj Attoumane-là. D’ailleurs, on l’aime bien car il aurait été criminel de faire autrement avec lui. Il a le sens de la théâtralité et de la théâtralisation. Son grand problème, c’est qu’il ne regarde jamais par terre et ne fait jamais attention à l’endroit où il pose ses pieds. Son carriérisme ne coïncide jamais avec les tribulations théâtrales de son parti politique, le Parti Bidoche d’Ahmed Sambi, dont il est le porte-serpillères et le plus grand manipulateur de torchons pour essuyer les saletés laissées dans le sillage d’une organisation politique fondée sur le mensonge et la haine. Il avait fait pleurer d’émotion les Comoriens le jour où il avait interpellé par Internet son «frère» Ikililou Dhoinine quand sa «nièce», qui n’avait pas tardé à être autre chose, avait été jetée en prison, disant à son Mohélien de «Bête-Salam» que sa fille l’appelait «Tonton» quand les rapports entre les deux crypto-sambistes baignaient dans l’huile. Émouvant!

Pourtant, force est de reconnaître que la réalité est beaucoup plus prosaïque: quand il s’agit des alliances conclues entre le Parti Bidoche et d’incroyables, voire d’impossibles partenaires, les circonstances politiques et les vicissitudes politiciennes font toujours que son parti soit en désaccord avec l’«allié circonstanciel de temps» du moment. Cela se fait toujours contre les intérêts du Grandissime Docteur Sounhadj Attoumane. Quand, le 27 mars 1993, son maître, Ahmed Sambi, avait lancé son fameux cri de haine mortelle contre son ancien poulain Ikililou Dhoinine, le Grandissime Docteur Sounhadj Attoumane s’était transformé en raccommodeur de porcelaines. Mais, la haine d’Ahmed Sambi était la plus forte, balayant comme un fétu de paille les calculs d’arrière-boutique de l’épicier Sounhadj Attoumane.

     Aujourd’hui, le même désagrément lui arrive. Aujourd’hui, il se cache à «Bête-Salam», où, pour des raisons alimentaires – il faut bien vivre –, il est censé être le «Conseiller» de l’usurpateur Azali Assoumani chargé des questions de santé. Tu parles… Depuis que les Députés de son Parti Bidoche se battent comme des fous maudits avec d’autres fous maudits à l’Assemblée de l’Union des Comores en prélude aux craquements entre Ahmed Sambi et le «concubinocrate» Azali Assoumani, le Grandissime Docteur Sounhadj Attoumane a perdu le sommeil, les différents types d’appétits et bien d’autres agréments de la vie. Pour tout dire, il ne vit plus car il sait que ses jours à «Bête-Salam» sont comptés. Il sait que si ses deux maîtres s’entredéchirent, il ne sortira jamais vivant politiquement de ce craquement sanglant et mortel. Doué d’un incroyable instinct de survie politique, il fait tout pour raccommoder les porcelaines, en prenant d’étranges libertés avec la vérité, en passant par tous les raccourcis possibles et imaginables.

Il lui fallait une oreille complaisante et une épaule sur laquelle il pouvait aller pleurnicher. C’est le journal gouvernemental Al-Watwan dit Al-WawaCelui qui pique, démange et fait gratter») qui a accepté de recueillir ses pleurnicheries larmoyantes d’une mauvaise foi à faire pâlir d’envie un chacal et à faire peur à une hyène du Ferlo. Toute honte bue et niant toutes les évidences du monde, il ose prétendre, parlant du Parti Bidoche et de la CRC, que «l’alliance de ces deux grands partis est une chance pour notre pays. Nous avons choisi de soutenir le président Azali Assoumani, pas pour des postes ministériels, mais plutôt pour son expérience, sa sagesse et sa volonté de faire bouger les choses. Un divorce n’apporterait rien au pays. Raison pour laquelle je salue la décision du chef de l’État d’encourager une rencontre entre les deux partis pour trouver des solutions pérennes. Si, en à peine un an, l’alliance ne tient plus, ce serait une trahison pour le peuple puisque nous avons appelé à voter pour le candidat de la CRC».

Foutaises! En effet, l’accord de secret de Polichinelle conclu le 1er avril 2016 nous apprend que le Grandissime Docteur Sounhadj Attoumane est un fieffé menteur, et les articles 6 et 7 – qui parlent du candidat de la CRC – le ridiculisent et l’accablent: «6.- Il s’engage à soutenir un candidat Juwa à l’élection primaire de 2021 dans l’île d’Anjouan et à faire campagne au profit du candidat Juwa à l’élection des Gouverneurs de l’île autonome de Ngazidja en 2021. 7.- Il s’engage à attribuer un portefeuille ministériel régalien au parti Juwa ainsi que deux Directions générales des sociétés d’État stratégiques». Oui, le Grandissime Docteur Sounhadj Attoumane est un menteur pathologique.

Il pousse tellement loin la mauvaise foi qu’il prétend sans ciller que le problème des élus du Parti Bidoche et ses répercussions sur les relations entre les deux partis antirépublicains et anticonstitutionnels n’ont aucune connotation politique: «Nous sommes face à un problème d’ordre administratif, juridique et constitutionnel qui ne doit pas se répercuter sur la politique. Par conséquent, les travaux de l’Assemblée ne peuvent pas se poursuivre avec ce manque de sérénité. Le mieux est de les suspendre en attendant la décision de la Cour constitutionnelle. Les responsables du Juwa qui parlent de divorce dans les médias ne se prononcent pas au nom du parti. Nous avons des instances et ils doivent les respecter. Au parti Juwa, on a enregistré trop de divorces et de trahisons. J’appelle à l’organisation d’un congrès pour clarifier les positions du part». Le Grandissime Docteur Sounhadj Attoumane vient de remporter la Palme d’Or de l’Hypocrisie, de la Duplicité et du Double Langage. Il était l’un des chefs du Parti Bidoche qui avaient conclu un accord avec le «concubinocrate» Azali Assoumani au stade de Mutsamudu, en avril 2016, sans l’accord du Parti, se faisant désavouer par les leurs, et engendrant la cassure au sein d’une organisation politique fondée sur le mensonge, la complaisance démagogique et la haine.

Il ose renvoyer aux autres les dégâts qu’il a lui-même occasionnés en avril 2016: «Au sein de notre parti, les problèmes persistent depuis les dernières élections, avec notamment un candidat qui n’avait pas l’adhésion de tout le parti. Certains se sont trouvés dans l’obligation de soutenir d’autres candidats et au second tour, on a assisté à l’éclatement du parti. On a des gens qui n’ont jamais évolué dans un environnement politique sans troubles au même titre qu’à l’opposition certains manœuvrent en attendant un remaniement du gouvernement pendant qu’à la CRC, des responsables se projettent déjà vers 2021». Allons bon! Toujours le mot pour rire… Même le Grandissime Docteur Abdou Ousseine, Président de l’Assemblée, aujourd’hui stipendié partout et par tous, se voit déjà Président des Comores en 2021-2026.

Pour sauver sa propre peau, le Grandissime Docteur Sounhadj Attoumane n’hésite pas à s’en prendre à ses camarades du Parti Bidoche et au Grandissime Docteur Abdou Ousseine, affirmant que «les événements qui se passent à l’Assemblée nationale depuis la prise de fonctions du président de cette institution ne sont pas reluisants. Après l’intervention de l’armée pour le mettre en place, il a ensuite transformé notre institution en un ring de boxe. Une enquête doit être ouverte sur le conseiller de Ndzuani à l’origine de cet imbroglio, avec notamment ses procurations et ses tergiversations. Un membre du Juwa n’est pas au-dessus des lois. Par conséquent si des sanctions s’imposent, elles doivent tomber». Quelle grandeur d’âme! «Santo Subito»! «Qu’il soit canonisé tout de suite!», comme on disait à la mort du Pape Jean-Paul II.

Et là, notre Grandissime Docteur Sounhadj Attoumane écrase ses camarades de Parti une fois de plus pour se poser en champion de la vertu républicaine: «Je ferai le maximum pour aider le président Azali Assoumani avec notamment la responsabilité qu’il m’a donnée pour l’hôpital de Bambao-Mtsanga, bien que des membres du Juwa me mettent des bâtons dans les roues. Des irresponsables aux pensées séparatistes font une campagne pour expliquer que cet hôpital ouvrira et fermera aussitôt El-Maarouf opérationnel. Je tiens enfin à préciser que certains font fausse route en donnant à la crise parlementaire une connotation séparatiste et insulaire. C’est une attitude suicidaire». Autrement dit, notre homme a fait tout ce verbiage pour plaider sa propre cause. Il est très fort dans ce domaine. La cardiologie attendra.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Samedi 15 avril 2017.

Powered by Comores infos