You are here: Home » Arts » Souvenez-vous: Mahmoud Ibrahim, L’historien nouveau est arrivé.

Souvenez-vous: Mahmoud Ibrahim, L’historien nouveau est arrivé.

L’historien nouveau est arrivé.

pat & mahmoud copieAussi longtemps que les Hommes d’Etat comoriens, disparus ou encore vivants, n’auront pas leur historien, les récits populaires de leur règne tourneront toujours à leur gloire. C’est ainsi qu’en ce 19 juin 2004, l’histoire a retenu le nom de Mahmoud Ibrahime, qui est entré avec maestro et une lucidité intellectuelle, après 4 heures de soutenance, dans le cercle très fermé des doctorants comoriens couronnés. Si Dieu ne peut rien changer au passé, désormais, Mahmoud Ibrahime, fraîchement couronné Docteur en Histoire, par le jury présidé par la célèbre Sophie Blanchy, avec la plus haute récompense, peut, avec ses travaux de thèses sur la vie de l’éminent Président Saïd Mohamed Cheick, prétendre changer le cours de l’histoire de notre pays, tout en devenant un artisan de la mémoire collective.

La salle de Paris VII, bien qu’appropriée à un tel événement suffoquait sous le poids de la cinquantaine d’illustres convives. Du simple anonyme en passant par les quelques doctorants encore en lisse, du polyglotte et politique Salim Himidi à l’ancien Président de l’assemblée Saïd Mohamed Mchangama, sous l’ère Djohar, du journaliste Saïd Djaffar à l’écrivain comorien de Mayotte, Ambass Ridjal, de l’agitateur culturel Souef Elbadawi à Soulaïmana Soudjay, docteur en Sciences Politiques, tous étaient réunis pour celui qui fut et qui reste, malgré les lourdes responsabilités, familiales, professionnelles et intellectuelles, un acteur actif dans les associations de la diaspora.

On dit de l’historien qu’il doit être passionné. Les deux œuvres déjà publiés chez l’Harmattan, ( ÉTAT FRANÇAIS ET COLONS AUX COMORES (1912-1946) et NAISSANCE DE L’ELITE POLITIQUE COMORIENNE (1945 – 1975) ), ses travaux de thèses, sa participation à diverses activités culturelles et intellectuelles, la création d’un journal ( Masiwa ), la co-fondation de la maison d’édition Komedit, avec le Linguiste comorien Ahmed-Mohamed Chamanga, sa vie de professeur de Lettres et d’Histoire, font du Dr Mahmoud Ibrahim un homme qui ressemble à un mineur de fond, celui-là même qui va chercher les données au fond du sol pour les ramener à la surface pour qu’un autre spécialiste, un doctorant en économie, un sociologue ou l’anthropologue les exploite…

Ce 19 juin 2004, Mahmoud Ibrahim, un des plus acerbes et impitoyables critiques de sa génération, en ne prenant pas parti, par rapport à la complexité de son sujet, est devenu tout simplement historien.

Si l’historien doit être passionné, aussi doit-il savoir se mettre en cause. N’est-ce pas alors, qu’il fera le mieux comprendre les temps dont il parle ?

Le jury ne s’est pas trompé en accordant à notre historien la plus haute récompense. Un des hommes qui ont marqué l’Histoire des Comores aurait dit que seul l’Histoire est témoin…Et si mon père vivait toujours, il dirait : comment ce petit enfant ose s’occuper de choses qui ne sont pas de son temps ?

Patrice A. ABDALLAH, Dramaturge.

Powered by Comores infos