You are here: Home » Uncategorized » Sur ordre, Abdallah Rafik convoque Ahmed Sambi

Sur ordre, Abdallah Rafik convoque Ahmed Sambi

Sur ordre, Abdallah Rafik convoque Ahmed Sambi

L’ordre vient d’Assoumani Azali via Nourdine Abodo

Par ARM

     La machine «judiciaire» à broyer les destins personnels et politiques est en branle. La machine «judiciaire» qui va provoquer un bain de sang aux Comores est en branle. L’opinion publique est déjà alertée sur les changements qui sont intervenus au Tribunal de Moroni pour assouvir les rêves fous du fou par hérédité de Mitsoudjé, le «pouvoiriste» polygame Assoumani Azali Boinaheri dit Bakapihi, «Le Père qui ne prépare jamais à manger». Ce fou héréditaire a fait changer les juges d’instruction et le Procureur de la République. À dessein. Ceci est d’autant plus grave qu’à l’heure qu’il est, Abdallah Rafik, Commandant de la Gendarmerie, a reçu l’ordre de faire convoquer Ahmed Sambi à la Gendarmerie le mardi 15 mai 2018, et a allumé la mèche devant faire embrasser, exploser et imploser les Comores.

En effet, ce dimanche 13 mai 2018, alors qu’il s’apprêtait à se rendre chez lui, à Anjouan, Ahmed Sambi a été empêché de voyager. La convocation lui a été remise alors qu’il se rendait à l’Aéroport de Hahaya. Il est attendu à la Gendarmerie, à Moroni, le mardi 15 mai 2018 à 8 heures 30. C’est le début de la fin.

La situation est gravissime. Le Procureur général Youssouf Djaé d’Iconi, le grand fraudeur du train Paris-Bordeaux, et le nouveau Procureur de la République, Mohamed Abdou d’Ouzio-Mitsamiouli, ont reçu ordre du mercenaire abject et ignoble Nourdine Abodo, lors d’une réunion secrète, d’arrêter Ahmed Sambi et de le placer en détention provisoire. La grosse question qui reste sans réponse pour le moment est: la «Ripoux-blique» de Mitsoudjé va-t-elle jeter en prison ou en résidence surveillée l’ancien et inévitable prochain Président des Comores et pour quel motif juridique?

Cette énième réunion secrète a été présidée par le méprisable et ignominieux mercenaire Nourdine Abodo, surnommé Satan par les magistrats, l’Intrigant par les avocats, l’Infâme par le peuple, le Serpent à lunettes à Bête-Salam et le Vénérable Aîné par le bandit des grands chemins Saïd Ahmed Saïd Ali, descendant tropical direct de l’écrivain anglais William Shakespeare, qui a rédigé Othello et Roméo et Juliette sous l’arbre à pain et le cocotier jouxtant la case de ses ancêtres à Ntsoudjini.

Pour la tenue de cette réunion clandestine de la haine et de l’irresponsabilité, Moussa Mahoma, le ministre de la Justice, considéré à tort comme Mohélien, a été mis à l’écart, car c’est une affaire qui se règle entre Grands-Comoriens contre l’Anjouanais Ahmed Sambi, sans la moindre interférence des Mohéliens et des Anjouanais. Le chien enragé Nourdine Abodo a clairement expliqué à ses chaouchs de la conspiration mortelle que toute cette opération relève de la volonté du «concubinocrate» Assoumani Azali Boinaheri. Il a rappelé aux autres chiens galeux qu’ils avaient donné leurs accords pour cette nouvelle forfaiture avant d’être nommés et que, maintenant, ils devaient remplir leurs obligations.

Les deux juges d’instruction choisis pour ce nouveau crime contre le Droit sont sur un siège éjectable. Ils sont dans la situation la plus précaire, et nous reviendrons sur eux pour des informations très précises. Dès lors, on touche aisément du doigt le niveau de caporalisation de la «justice» de Papa et les manipulations sans intelligence, ni imagination auxquelles se livrent l’ignoble et affreux mercenaire Nourdine Abodo, le «ventriote» Assoumani Azali Boinaheri et leurs magistrats véreux face à Ahmed Sambi.

L’opinion publique est maintenant alertée. Les jours à venir, demain ou après-demain, vont être tourmentés à cause du bambochard Assoumani Azali Boinaheri, qui est prêt à tout pour rester au pouvoir 20 ans encore, dans un océan de sang. Nous le tuerons avant. C’est juré. Nous le tuerons. Juré. En mauvais soldat, il sous-estime l’adversaire. Il a foncièrement tort.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Dimanche 13 mai 2018.

Powered by Comores infos