You are here: Home » Actualités » Suspensions des fonctionnaires et des contractuels à Anjouan : Le chef du parc informatique de service solde décortique le discours mensonger du Gouverneur Salami

Suspensions des fonctionnaires et des contractuels à Anjouan : Le chef du parc informatique de service solde décortique le discours mensonger du Gouverneur Salami


Ô PEUPLE BIEN AIME!

Durant le discours du Gouverneur, donné à l’occasion de l’ide Al-Adha de l’année courante, ce dernier a fait savoir que son gouvernement fournit beaucoup d’efforts pour faire avancer les choses mais certains malintentionnés ramènent du désordre afin de leur donner une mauvaise image. A cet effet, il a pris les agents du service solde comme exemple. Pour le gouverneur, moi et mes collègues, on est les architectes du désordre. Il a ainsi affirmé que tous, à l’exception de Madame Hafsoi, sont des malintentionnés plus particulièrement le chef du service informatique.
 
Par ailleurs, étant moi-même le chef du service informatique à qui le gouverneur a fait allusion, j’affirme que le gouverneur a été mal informé et a été poussé à outrepasser les confins. Ainsi, je vais vous raconter ce qui s’est réellement passé sans chercher à manquer de respect à qui que ce soit. Ces informations dont vous pouvez vérifier leur authenticité par plusieurs moyens, n’engagent que moi.
 
Suspensions des fonctionnaires et des contractuels à Anjouan : Le chef du parc informatique de service solde décortique le discours mensonger du Gouverneur Salami
 

1- Le déclenchement : Des causes lointaines aux causes immédiates

Derrière toute cette histoire, il y a certes un plan et des dessous. Je sais que je suis contre personne mais le gouverneur, victime d’une manipulation, a démontré le contraire dans un bouillon politico-technique par des arguments qui ne tiennent pas la route. Cela montre que moi en particulier et mes collègues sommes des ciblés bien avant les évènements catalyseurs. Les causes immédiates ont pris racines durant la deuxième dizaine du mois de Ramadan quand un processus que j’ai jugé fatal, a été entamé. Il s’agissait de supprimer tous les agents recrus depuis le mois de juin 2015 ainsi que les autres actes tels que les avancements, régularisations…etc. Certes, en tant que chef du service informatique, il était dans mon devoir de donner toutes les opérations effectuées dans une date donnée ou dans un intervalle de date. Cependant, étant conscient que je dois comparaître et répondre devant Allah Tout puissant, je réfléchis toujours plusieurs fois avant d’agir. Ainsi, de la manière la plus respectueuse, j’ai fait savoir à certains, plus particulièrement le Directeur du Budget que je ne supprimerai aucun acte signé avant janvier 2016. Ce dernier m’a dit que certains actes sont anti- datés et que certains agents n’ont pas de prises de services, je lui ai alors dit, avec respect, qu’il serait mieux qu’on identifie ces agents.

 
2- En cavale : Le gouverneur a montré que j’ai disparu dix jours durant

Quelques jours après avoir resté sans réponse, j’ai demandé au Directeur de m’accorder une permission de dix jours en lui disant même l’objet de ma permission. Ainsi, comme convenu, on a travaillé même le dimanche (20ème jour du mois de ramadan), mais n’étant pas présent ce jour-là, je lui ai laissé ma demande de permission dans son bureau. Sans aucune ostentation, je vous affirme comme je l’ai dit au directeur, je ne voulais que me recueillir dans une mosquée pour retraite spirituelle comme d’habitude. Durant ma retraite spirituelle, un des commissariats clés sollicitait vivement mes services et m’ont rapidement repéré, pourquoi pas eux ? Pire encore, d’où leur est venu l’idée d’évasion et pourquoi j’aurai pris la fuite ? Certes, en résidence dans une mosquée, je ne pouvais pas allumer mon GSM.
 
Après l’ide je me suis rendu à la Direction et à la grâce d’Allah, je me suis trouvé avec les Directeurs de cabinet du gouverneur et celui du Budget et Mme Hafsoi. J’ai demandé si ma présence était obligatoire et qui a lancé la rumeur selon laquelle j’ai pris la fuite.
Mme Hafsoi répondit qu’il s’agissait seulement d’une affaire entre moi et eux (agents du service solde) : depuis le mois de février (début du test du nouveau programme) elle s’occupait des contractuels et m’a donc remis un fichier Excel pour que je les intègre tous dans le programme. Etant un informaticien mais pas un agent de saisi, je les ai tous intégré en même temps pendant que les agents de saisi enregistraient et effectuaient d’autres opérations sur d’autres agents contractuels qu’elle leur avait remis ; Et comiquement, après avoir remarqué que certains ne figuraient dans aucun commissariats, elle a allégué et a crié haut que je n’avais pas fait mon boulot. Ce sont des données homogènes que j’ai intégrées par une requête après les avoir vérifié maintes fois. Je lui ai alors demandé pourquoi n’a-t-elle pas repris le fichier puisque c’est elle qui gère les contractuels, mais elle n’a fait que nous inonder dans une marmelade de paroles en guise d’échappatoire. Quant au directeur, nonobstant tout, il m’a dit : « Que voulais-tu que je fasse ? On voulait de toi, tu étais injoignable…et voilà ». Donc quand on est injoignable on est forcément un fugitif. Mieux encore, figurez-vous que jamais je n’aurai pas eu le culot de poser une demande de permission sur sa table si ce dernier n’avait pas accepté.

 
3- Défense de participer aux séances dispensées pour le transfert de compétences du nouveau programme

Avant le transfert de compétences qui a eu lieu à l’hotel Karama, on m’a informé que le gouvernement d’Anjouan ne voulait pas que j’y participe. Toutefois, sans savoir qui a insisté pour que j’y sois, je m’y suis trouvé en la présence de trois personnes choisies par le gouvernement et certains de mes collègues.

 
4- La blague du siècle durant le transfert de compétences

Parmi ce qui montre qu’il y a eu des causes lointaines et qu’il fallait à tout prix trouver des causes immédiates, Mme Hafsoi une des trois personnes choisies par le gouvernement pour prendre le relais après mon départ forcé programmé, s’est présentée auprès du consultant avec ses diplômes et lui demanda ce qu’elle peut faire pour qu’elle puisse acquérir cette connaissance. Il n’est pas nécessaire de vous citer la réponse du consultant. Là il ne s’agissait pas d’une formation mais du transfert de compétences sollicitant des programmeurs capables de prendre le relais sur un programme qui a couté plusieurs millions à l’Etat.
Et voilà, finalement au lieu de mettre un développeur à ma place, c’est cette dernière qui l’occupe. Ça faisait partie du plan. J’ai d’autres preuves mais je crains que cela va vous lasser.
 
5- La déstabilisation disproportionnée: le gouverneur a affirmé qu’on complotait afin de faire descendre les fonctionnaires dans la rue

Le nouveau locataire du gouvernorat de l’île d’Anjouan a affirmé lors de son allocution récente qu’à chaque fois que tout est bien fait, des agents du service solde revenaient secrètement au bureau pour mettre le désordre dans la base de données afin de monter les gens contre le régime. Pour illustrer ses propos, il a cité le cas de certains médecins. Sans blague j’ai bien aimé cette partie. En effet, il s’agit de quatre médecins dont leurs indices étaient inversés ; dans le nouveau programme utilisé pour la paie il y a un champ appelé « Date d’effet » pour chaque mouvement d’un agent, si la date d’effet d’un mouvement ayant un indice inférieur est plus récente que celle liée à un mouvement ayant un indice supérieur, alors l’indice qui sera pris en compte par le programme, sera celui qui est lié à la date récente. C’est parmi les erreurs les plus fréquents, d’ailleurs les concepteurs l’ont souligné maintes fois. La solution est plus simple que vous le croyez, il suffit juste de mettre la bonne date.

 

Outre, si on voulait faire descendre les gens dans la rue, ce serait lors du paiement des mois de février et mars de l’année courante ; plusieurs enseignants contractuels (gérés par Mme Hafsoi) n’avaient pas perçu leurs salaires et maints fonctionnaires en ont perçu moins à cause d’inversions d’indices et d’autres n’ont pas eu d’indemnités.

 
6- Le paradoxe : On dirait que les états de salaire sont directement acheminés à la poste juste après impression

Après impression des états de salaire au niveau du service de la solde, ils sont vérifiés par trois groupes à savoir un groupe composé par des agents du budget, un autre composé par des agents de la FOP et un autre composé par des agents du trésor. Ainsi, les états de salaire sont vérifiés au niveau de trois départements différents avant d’être acheminés à la poste. Si une erreur est repérée, l’information est tout de suite transmise au service solde pour correction immédiate.
 
Outre, durant les années précédentes et avant le GISE amélioré, on se servait d’une application que j’ai conçue moi-même. Cette dernière, analyse les données fournies par GISE 1 et on pouvait tout de suite avoir tous les changements, tout ce qu’on voulait savoir on l’obtenait après quelques clics. Cette année j’attendais juste la dernière version du nouveau programme pour que je puisse créer une nouvelle application qui analyserait les données de ce dernier mais voilà, j’espère que Mme Hafsoi va la créer.
 
C’est vraiment rigolo tout ça, lors de la première vérification on remarque que le salaire de certains agents sont erronés. Toutefois, au lieu de faire leur boulot comme d’habitude, on monte curieusement toute une histoire. Donc, ça ne vaut pas la peine qu’il y ait vérification. Nonobstant ces trois groupes de vérification qui opèrent depuis des années, on justifie l’injustifiable.

 

7- A chaque mission, c’est lui qui part: le gouverneur a affirmé qu’à chaque mission c’est moi qui pars

Par-là, je vois combien les informateurs sont mentalement blessés, bande de jaloux. Dans chaque entité, les informaticiens sont classifiés; il y a ceux qui ont choisi la classe des développeurs, d’autres ont choisi le domaine sécurité et réseau, d’autres c’est dans la maintenance…etc. Etant un programmeur, à chaque fois qu’il y a une mission me concernant on m’appelle et c’est la même chose pour d’autres informaticiens. Je ne savais pas du tout que je broyais des boyaux. Aux informateurs, je les conseille de bien réfléchir avant de raconter des salades au gouverneur. Vous pouvez faire votre promotion sans vous attirer la colère divine, utilisez vos cerveaux au lieu de vos passions.
 

8- Grâce à Hafsoi, on a pu payer les gens et a été remerciée pour ses efforts, sa loyauté

Le gouverneur a fait savoir que plein de désordre a été expressément fait dans la base de données par des agents qui revenaient secrètement au bureau et que c’est après la mise à la disposition de la FOP que Hafsoi a pu tout corrigé et lancer le paiement . Tout d’abord, pour un mal intentionné, il n’a même pas besoin de revenir après que les gens aient quittés les bureaux. Secundo, les informateurs ont oublié de dire au Gouverneur que c’est pour la liquidation du mois de septembre que les agents mis à la disposition de la FOP n’auront pas la chance de foutre le bordel.
 
Durant ce passage, le gouverneur a décoré en remerciant Mme Hafsoi pour sa sincérité et sa loyauté. Mais voilà un fait qui a envenimé les choses ; Avant qu’on soit mis à l’écart, un agent m’a fait savoir que Mme Hafsoi l’a donné quatre actes de recrutement signés le mois de mai 2016 alors que d’autres personnes ayant le même papier avec la même date sont défendus à cause de cette date. J’ai alors demandé à Mme Hafsoi de me donner des explications mais elle de me dire « C’est Madame qui me les a remis, c’est tout », j’ai demandé à cette dernière de quelle dame parlait-t-elle et elle m’a répondu quand bien même tout. Vous savez quoi ? C’est après que certains agents m’ont dit que ces quatre recrutements sont pour des gens de la famille Hafsoi. Oui, en posant ces questions j’avais tout simplement accéléré le processus de notre mise à la disposition de la FOP.
 

9-Le gouverneur a montré qu’il y a eu dix jours de retard par rapport aux autres entités

Le gouverneur a montré qu’Anjouan a accusé dix jours de retard dû à un désordre prémédité en nous accusant. Qu’Allah nous pardonne tous. La réalité est que l’effectif des agents qui devaient être supprimé majoré du nombre des autres actes est un effectif très important. Donc, puisque ces agents figuraient toujours dans les états de salaire et pour autre raison les auteurs voulaient à tout prix supprimer par stylo rouge et modifier la situation de ceux qui ont bénéficié des avancements, régularisations…etc dans le programme. C’est une opération qui a couté du temps et je leur avais aussi prévenu que des dégâts pourraient surgir car.
 
10- Selon le gouverneur, j’aurai refusé de créer un compte pour chaque utilisateur mais en même temps, il affirme dans un autre passage que je suis le seul à détenir la clé, ainsi je partais des fois avec la clé. C’est très contradictoire

Il fut un temps où toutes les données devraient être mises à jour, donc un agent de saisi devait avoir accès à toutes les fonctionnalités afin d’avancer plus rapidement car on nous avait fixé une échéance. Ainsi j’ai donné accès à tous les agents. Mieux encore, l’idée de détruire ou brouiller intentionnellement les données n’a jamais traversé mon esprit. D’ailleurs, j’en suis certain que personne n’a jamais eu cette idée. Quand ils me pointent du doigt, pourquoi je mettrai du désordre, au nom de quoi ou de qui et à quel prix. On voit combien ces gens-là veulent faire l’intéressant quand ils n’ont rien d’intéressant. Ils ont donné des fausses informations et ont induit le gouverneur en erreur.
 

11- Des complices sis à Moroni

Quand le gouverneur parlait de complices anjouanais se trouvant à Moroni, j’en suis certain que même ses informateurs ont tremblé de honte car ils ont fait dire au gouverneur ce qu’il ne fallait pas dire.
 

12- Finalement

Certes je pardonne à tous ceux qui m’ont blessé sciemment ou inconsciemment et mes collègues aussi sont sur la même ligne que moi. J’ai écrit tout ceci pour que tu saches ô peuple bien aimé que ni moi ni mes collègues ne t’avons pas trahi et qu’on a jamais œuvré à ton détriment. A Allah nous aspirons et plaçons notre confiance.
Castal Chaihane

Powered by Comores infos