You are here: Home » Actualités Comores » Télécommunications : Les Comores pourraient être privées d’internet à partir du 15 novembre

Télécommunications : Les Comores pourraient être privées d’internet à partir du 15 novembre

Télécommunications : Les Comores pourraient être privées d’internet à partir du 15 novembre
Lors de la dernière réunion du comité du câble Eassy, organisée à Londres du 2 au 4 novembre et à laquelle Comores Télécom n’avait pas participé, il a été convenu à l’unanimité, entre tous les opérateurs présents ou représentés, de condamner « les agissements de l’opérateur Comores Télécom concernant la gestion de la station d’atterrissement à Moroni ».
 
Les Comores pourraient être privées d’internet à partir du 15 novembre. C’est le président de la Fédération comorienne des consommateurs (Fcc) qui a tiré la sonnette d’alarme au cours d’une conférence de presse hier, mardi, à l’hôtel Itsandra. En effet, dans une lettre adressée au directeur général de Comores Télécom, en date du 3 novembre, le président du comité de gestion d’Eassy, Chris Wood, accuse l’entreprise publique de « violation du respect d’Eassy C&Ma. » Pour lui, l’interconnexion (open access, en anglais), c’est-à-dire la possibilité pour les parties prenantes d’Eassy d’accéder à toutes les stations d’atterrissage et « d’activer leur capacité entre tous les points sur le réseau international », est un droit « fondamental garanti par le comité de gestion d’Eassy ». Et d’ajouter : « Nous comprenons que Telma n’a pas été autorisé à activer sa capacité à la station d’atterrissage de Moroni malgré les nombreuses demandes formulées depuis plus d’un an. Cela constitue une violation du C&Ma d’Eassy par Comores Télécom. Dans de telles circonstances, l’article 22 du C&Ma d’Eassy C&Ma est applicable ».
Pour Mohamed Said Abdallah Mchangama, patron de la Fcc, cette attitude de Comores Télécom est « intolérable. » « Quand il y a libéralisation, les opérateurs privés sont tenus d’informer la clientèle, deux mois à l’avance, de ce qu’ils vont proposer sur le marché afin que tout le monde puisse se préparer en conséquence. Or, Comores Telecom bloque tout et ne l’entend pas de cette oreille. Je suis là pour poser des questions et demander aux autorités et au gouvernement d’agir », a-t-il dit.
 
Un délai de 30 jours à l’opérateur historique
 
Dans son courrier, Chris Wood menace qu’à défaut d’enlever une violation du C&Ma dans les délais prescrits, la capacité de la partie défaillante risque d’être désactivée. Dans ce cas, la désactivation se produirait le 15 novembre 2016 soit 30 jours après notification du représentant au M. » A l’en croire toujours, si Comores Télécom refuse de coopérer, sa « capacité pourrait ultérieurement être réallouée aux 16 autres membres du consortium Eassy dans les conditions prévues dans le C&Ma ».
Il faut dire que lors de la dernière réunion du comité du câble Eassy, organisée à Londres du 2 au 4 novembre et à laquelle Comores Télécom n’avait pas participé pour « un problème de visa », il a été convenu à l’unanimité entretous les opérateurs présents ou représentés de condamner « les agissements de l’opérateur Comores Télécom concernant la gestion de la station d’atterrissement à Moroni ». Selon le communiqué publié à l’issue de cette réunion, le câble Eassy comporte 9 stations d’atterrissement pour permettre à tous ses membres de pouvoir activer la capacité dont ils disposent de n’importe quel point à n’importe quel point du système, à des conditions commerciales justes et raisonnables. « Or l’opérateur Comores Télécom, pour protéger son monopole historique, refuse depuis un an d’ouvrir l’accès de la station de Moroni, dont il a la gestion, au groupe Telma, pourtant l’un des premiers investisseurs malgré les demandes répétées, mais vaines de ce dernier. Le consortium a formellement condamné ce blocage volontaire en donnant un ultimatum jusqu’au 15 novembre 2016, conformément au règlement qui prévaut et qui avait été signé par tous les investisseurs. A cette date du 15 novembre 2016, sans ouverture de l’accès au groupe Telma, la capacité de Moroni sera complètement désactivée. »
Le président de la Fcc, qui explique que le câble « n’appartient pas à Comores Télécom, mais à un consortium », se demande pourquoi l’entreprise publique « prend en otage toute la population comorienne dans le seul but de retarder le lancement commercial de Telma aux Comores, sachant que cette ouverture à Telma permettrait à la population de bénéficier immédiatement de 10 fois plus de capacité qu’aujourd’hui et de diviser par 10 le coût ». Mohamed Said Abdallah Mchangama appelle ainsi le gouvernement « à s’informer, à comprendre et à réagir car, autrement nous serons coupés du monde à partir du 15 novembre prochain ».
 
Compte rendu de Abouhariat Said Abdallah
Source (sans la photo) : Al-watwan N° 3047 du mercredi 9 novembre 2016

UN OEIL SUR LES COMORES

cet article Télécommunications : Les Comores pourraient être privées d’internet à partir du 15 novembre est apparu en premier sur Comores Actualités.

Powered by Comores infos