You are here: Home » Actualité » Tous les Mohéliens parlent d’indépendance de Mohéli

Tous les Mohéliens parlent d’indépendance de Mohéli

Tous les Mohéliens parlent d’indépendance de Mohéli

Les Mohéliens en colère, dégoûtés, indignés et explosent

Par ARM

       Haineux, aveugles et méprisants, les «bons et vrais Comoriens» ainsi que leurs amis bien-pensants que sont les «Comoricains», ces Comoriens de Grande-Comore et d’Anjouan qui savent tout, connaissent tout, ont toujours refusé de voir la vérité si elle ne vient pas d’eux. Incapables du moindre dialogue, de la moindre capacité de s’interroger sur l’autre, d’argumenter et de raisonner, ils se situent au centre de l’univers. Avant-hier, ils ont conduit Mayotte à un rejet définitif et éternel des Comores. Mayotte n’a jamais été et ne sera jamais comorienne: la colonisation française l’avait insérée dans les Comores. Hier, du 16 février 1997 au 25 mars 2008, Anjouan avait cessé de faire partie des Comores, avait demandé sa recolonisation par la France et son rattachement à ce dernier pays par «rattachisme», accusant de tous les noms la Grande-Comore, île avec laquelle elle a détruit les Comores.

Pour leur part, les Mohéliens n’arriveront jamais à se consoler depuis qu’ils ont raté le rendez-vous du référendum du 22 décembre 1974: ils ont «voté» pour l’indépendance, suite à la trahison de leurs leaders, alors que l’île devait voter comme et de concert avec Mayotte contre l’indépendance. Ce 22 décembre 1974, la saleté électorale était trop dégueulasse. Le fraudeur électoral d’Ahmed Abdallah Abderemane à Mohéli n’avait «vu» que 5 bulletins rejetant l’indépendance. Dans mon livre disponible fin janvier 2021, A., de Mutsamudu, est formel: en 1974, il n’y a pas eu d’élections aux Comores, et Ahmed Abdallah Abderemane avait volé même la victoire de François Mitterrand en Grande-Comore, Mohéli et Anjouan. Quant au référendum, ce fut une horrible mascarade: les Mohéliens étaient majoritairement contre l’indépendance. Depuis 1977, ils manifestent leur colère contre les Comores.

Sourds et aveugles, les «bons et vrais Comoriens» et les «Comoricains» attribuent bêtement cette colère à ARM. Quelle bêtise! Le génocide auquel est soumise Mohéli sous le coronavirus a réveillé tous les Mohéliens, même ceux qui ne s’intéressent pas à la politique, et aujourd’hui, tous les Mohéliens, après avoir finalement reconnu que la Grande-Comore et Anjouan les conduisent à la mort, n’ont qu’un seul mot à la bouche: indépendance. Tout Mohélien crache en attendant le mot «Comores» ou celui des deux îles voisines. Les «bons et vrais Comoriens» et les «Comoricains», emportés par l’ignorance, le mépris et la haine, accusent les Mohéliens défendant leur île et les leurs d’être des «séparatistes», des «aigris» et des «traîtres extrémistes», refusant de comprendre qu’en 3 semaines, il y a eu plus de morts à Mohéli qu’en une année en période normale.

Depuis le mardi 12 janvier 2021, on voit le Docteur Abdou Djabir sur une vidéo postée sur YouTube, expliquer aux Grands-Comoriens et aux Anjouanais que leur négligence envers Mohéli en pleine crise du coronavirus pourrait faire imploser les Comores: «Quand on aura pris la mesure de la gravité de la situation qui prévaut à Mohéli, en ce moment-là, nous pourrions dire que nous avons des dirigeants qui se soucient de nos vies, qui nous aident à affronter la dureté de la vie. En ce moment-là, ils pourraient dire qu’ils ne veulent pas de l’aide de Mayotte. Mais, vous ne foutez rien et vous ne voulez pas que les autres aident Mohéli? Comment peut-on accepter cela? Je n’accepte pas ce prétendu honneur qui consiste à laisser mourir les gens. Je ne l’accepte pas du tout! Et faites attention parce que le coronavirus va compliquer les relations entre le Grand-Comorien, le Mohélien et l’Anjouanais demain, quand nous ferons le bilan, si nous ne nous entraidons pas, si nous n’aidons pas Mohéli aujourd’hui. Et, je vous conseille de ne pas sous-estimer Mohéli. Les Mohéliens savent se taire. Les Mohéliens savent avaler des couleuvres. Mais, quand ils expriment leur refus, même nous, les enfants de Mohéli qui sommes placés devant, on nous demande de dégager. Alors, je vous dis: faites attention. Faites attention parce que demain, les choses ne seront pas faciles. Abandonnez votre fierté de gouvernement, de pouvoir. […]. Je vous redis: faites attention. Faites attention, pour ne pas susciter de nouvelles colères qui vont détruire notre pays parce que certains Comoriens sous-estiment et méprisent d’autres Comoriens».

Le Docteur Abdou Djabir, originaire de Mohéli, militant historique de l’Association des Stagiaires et des Étudiants des Comores (ASÉC) et du Front démocratique (FD), a souffert dans sa chair par la prison et les tortures par les mercenaires pour avoir milité pour l’État de Droit, la démocratie et la bonne gouvernance aux Comores. C’est «un modéré». Pourtant, à demi-mot, il explique que la politique criminelle actuelle contre les Mohéliens, si elle n’est pas abandonnée, conduira à l’implosion des Comores, car les Mohéliens feront entendre leur voix dans la colère.

Par ARM

Le copier-coller a définitivement tué la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Lundi 18 janvier 2021.

Powered by WPeMatico