You are here: Home » Actualités » Traitement de Dialyse :Les malades d’origine comorienne en situation de vulnérabilité sur l’ile Bourbon

Traitement de Dialyse :Les malades d’origine comorienne en situation de vulnérabilité sur l’ile Bourbon

Traitement de Dialyse :Les  malades  d’origine comorienne en situation de vulnérabilité sur l’ile Bourbon
Il y a près de deux mois dans le journal télévisé d’ORTC, un responsable aurait annoncé que les Comores se sont dotées d’un centre de dialyse, capable, de prendre en charge tous nos malades. Jusqu’à là tout va bien, à part qu’une l’information parvenue dans les oreilles de nos voisins et amis réunionnais qui, depuis toujours sont restés compatissants et humanistes vis-à-vis de la communauté comorienne qui est le parent pauvre de l’océan indien.

 Après que les autorités compétentes de l’ile aient pris connaissance de cette information, La réaction de la préfecture ne s’est pas fait attendre ; Certains, parmi la trentaine des malades dialysés d’origine comorienne, se sont vus signifier qu’à terme de leurs cartes de résidant qui leur donnaient droit à des soins médicaux sur l’ile de la Réunion, celles-ci ne seront pas renouvelées et qu’il leur faudra prendre les dispositions nécessaires pour rentrer aux Comores, afin de poursuivre leurs soins là-bas, car un centre de dialyse existe sur place.

Depuis lors, c’est la panique chez ces malades ; la crainte de se voir expulser dans les jours et mois à avenir. Ils savent malgré eux que sans revenus, ils ne pourront pas se faire soigner aux Comores, si toutefois il y avait un centre opérationnel ce qui, bien entendu n’est pas le cas. Cela étant, l’information diffusée à la télévision nationale n’est pas fausse, mais le responsable ne s’est pas donné la peine de se renseigner sur l’état du centre de dialyse qui est aux Comores.

En effet, depuis 2010 un centre de dialyse a été financé par une association Égyptienne, proche des frères musulmans. Malheureusement depuis que le président MORSI a été évincé au pays des pharaons, le centre de dialyse est tombé en désuète faute de financement. A l’heure actuelle, un seul médecin formé en Egypte officie là-dans avec toute la difficulté de renouveler le matériel.

Alors pourquoi certaines autorités, comme le ministre des affaires extérieures ne sont pas levés pour faire un démenti, afin de venir au secours de nos compatriotes malades? Quel conflit d’intérêt aurait-il pu conduire un responsable politique ou médical à donner officiellement une information erronée ?

Enfin, aux Comores c’est le pays où le coup des soins médicaux est plus élevé par rapport au revenu par habitant et où le taux de guérison est le plus faible du monde! En clair, tu paies cher les soins pour mourir plus vite.

Madame Fatima Jeanine MZE SAID Notre
 correspondante à la Réunion

Powered by Comores infos