You are here: Home » Actualités » «Très belle promotion pour votre campagne électorale!»

«Très belle promotion pour votre campagne électorale!»

La candidature non déclarée de Mohamed Ali Soilihi séduit à l’étranger

Par ARM

     On a presque envie de rire. À gorge déployée. Jusqu’à ce jour, le Vice-président Mohamed Ali Soilihi n’a pas officiellement et publiquement annoncé sa candidature au scrutin présidentiel de 2016, et pourtant sa candidature fait parler – en bien – même à l’étranger, dans les chancelleries. Étonnante situation politique et diplomatique, tout de même. Qu’on s’en rende compte. Ce vendredi 2 octobre 2015, une importante réunion des pays membres de la Zone franc a eu lieu à Bercy, donc au ministère français de l’Économie et des Finances. Naturellement, le Vice-président Mohamed Ali Soilihi, qui est également le grand argentier des Comores, y assistait. Contrairement à un Ahmed Sambi qui ne sait pas quand il faut parler et quand il faut se taire, qu’est-ce qu’il faut dire, à quel moment, devant qui et où, et qu’est-ce qu’est-ce qu’il faut taire, le candidat taiseux s’est bien gardé de déclarer devant ses pairs de la Zone franc: «Arrêtez tout et regardez-moi. Je suis candidat à l’élection présidentielle des Comores, qui aura lieu en 2016». Il se comporte à l’étranger comme il se comporte aux Comores: dans le calme, la discrétion et la dignité, en homme habitué à fréquenter les centres du pouvoir et les chancelleries depuis ses 29 ans, en 1979. Pourtant et pourtant, dès que la photo du groupe a été faite ce vendredi 2 octobre 2015, ce ministre français lui glissa délicieusement à l’oreille: «Voilà une très belle promotion pour votre campagne électorale!». Naturellement, le Vice-président Mohamed Ali Soilihi sursauta diplomatiquement et joyeusement, et demanda suavement: «Donc, vous êtes en train de me dire que vous êtes au courant? Vous savez donc?». Et, cherchant ses mots, le ministre français recouvrit tout son corps de miel par ces mots: «Monsieur le Vice-président, nous vous suivons. Nous suivons l’évolution de votre engagement politique pour 2016». C’est donc ça? Au moment où certains acteurs politiques comoriens ou supposés tels par commodité de langage s’agitent comme des forcenés, en quémandant des audiences et des rencontres dans les Ambassades étrangères et ailleurs, où ils vont raconter leur petite vie insipide, un candidat qui ne dit pas encore qu’il est candidat et qui est dans une discrétion de bon aloi, est déjà repéré et apprend, en plus, qu’il est «suivi». Voilà qui doit faire réfléchir ceux qui, dès qu’ils sont reçus au 5ème sous-sol humide d’un local diplomatique par un Vice-consul qui doit bientôt rejoindre sa nouvelle affectation à Pago-Pago ou à Fagatogo, se répandent perfidement en bruits inutiles sur leur prétendue «présidentiabilité» et «reconnaissance internationale». Si au moins, ils pouvaient être un peu plus discrets et modestes…

     Les Comoriens doivent savoir que chaque jour, leur pays est ridiculisé par des petits rigolos très remuants qui importunent les chancelleries par le caractère ringard de leurs quêtes et demandes d’argent pour financer la campagne d’une élection démocratique et transparente qu’ils vont perdre lamentablement, de toute façon. Hamada Madi Boléro boit du petit-lait quand ses amis diplomates lui disent: «Tiens! Notre Ambassade à Paris a reçu certains de tes fameux “présidentiables”, qui ont fait perdre, à telle date, beaucoup de temps au Premier Conseiller de notre Ambassade, qui a dû écouter leurs divagations et balivernes jusqu’au moment où, mort d’épuisement, d’ennui et de colère, le diplomate avait bien été obligé de faire semblant de tomber de sommeil pour que tes rigolos lui fichent, enfin, la paix! Tu ne peux rien faire chez toi, à Moroni, pour que tes gens-là arrêtent leur char? Nous sommes fatigués et en avons marre». En homme qui sait vivre, Hamada Madi Boléro répond: «Ah! Mon cher, que veux-tu que je fasse? En plus, si j’attire l’attention de ceux que tu appelles “mes gens”, ils vont avoir une nouvelle occasion de m’accuser d’espionnage, de haute trahison, de collusion avec des puissances étrangères et de concurrence politique déloyale. Je crois qu’il vaut mieux que nous les laissions se faire ridiculiser, parce qu’ils aiment ça. Je compte sur toi pour continuer à me faire rire en me racontant leurs petites histoires dans les Ambassades». Si c’est un diplomate d’un État de l’espace russophone, où l’homme de Beït-Salam a ses entrées, il dit à son Comorien préféré: «Da! Gospodine!», «Oui, Excellence». Et c’est ainsi que Hamada Madi Boléro apprit qu’un candidat putatif, fantasque et abracadabrantesque et un candidat folklorique et enfariné font ridiculiser régulièrement les Comores dans les Ambassades à Paris, où ils promettent tout et n’importe quoi aux États étrangers, si ces derniers remplissent leurs sacs d’argent pour les élections présidentielles de 2016.

     Loin de ces enfantillages d’écoliers boutonneux et aux oreilles décollées, le Vice-président Mohamed Ali Soilihi fait ce qui est attendu d’un grand homme d’État: il se comporte dignement et de façon responsable. Ses homologues étrangers apprécient sa démarche. Un grand homme d’État se distingue par ces détails qui échappent à l’œil des vantards. C’est une question d’éducation, de culture, de savoir-vivre et de crédibilité, et dans le monde actuel, cela compte beaucoup pour prendre au sérieux les plus sérieux et pour mépriser les plus méprisables. Et pendant que la rigolade continue chez les gommeux, les partisans du Vice-président Mohamed Ali Soilihi se mobilisent en France et veulent que ça se sache. Déjà Hassani Assoumani dit Giscard et Mohamed Saïd Harouna, les chefs de la mobilisation pour leur champion en France, ont un agenda très chargé puisqu’ils ont décidé d’apporter la bonne parole partout où elle doit être entendue. C’est ainsi que, ce samedi 3 octobre 2015, ils étaient vus du côté de l’Ambassade des Comores à Paris, où ils procédaient à quelques orchestrations stratégiques de début de campagne pour motiver tous les Comoriens parce que l’heure de vérité approche à grands pas. Et, malheur aux crypto-sambistes s’ils osent émettre la moindre critique à ce sujet puisque, quand ils étaient aux affaires, c’était au sein de cette mission diplomatique qu’ils préparaient leurs repas de riz arrosé d’ailes de poulet au coco. Qu’ils se taisent donc, et qu’ils laissent les gens sérieux et aimant les Comores faire ce qu’il y a de bien pour le pays.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Lundi 5 octobre 2015.

Powered by Comores infos