You are here: Home » Actualités » UN DIPLOMATE CHEVRONE AU SERVICE DE LA NATION

UN DIPLOMATE CHEVRONE AU SERVICE DE LA NATION

UN DIPLOMATE  CHEVRONE AU SERVICE DE LA NATION
Tout le monde en parle de la situation chaotique que traverse notre pays plus particulière notre diplomatie depuis l’avènement de Ikililou Dhoinine à la tête de l’Union des Comores. Compte tenu des positions aléatoires et aveugles que le régime précédant s’hasardait à prendre, notre diplomatie connaît une certaine fragilité et détérioration tant au niveau régionale que internationale.


Pour les comoriens, il fallait certainement un homme propre, expérimenté dotée d’une excellente capacité de communication, l’interprétation politique, économique et culturelle, pour combattre avec virulence le désordre diplomatique de son prédécesseur afin de sauver la dignité de notre pays.


Pour les raisons cités, Son Excellence le Président Azali Assoumani avec son expérience de sept ans à la tête de l’Union des Comores a su implanter l’espoir dans les poitrines des comoriens d’ici et ailleurs, de revoir notre pays regagner sa confiance et crédibilité régionale et internationale.


On peut se réjouir de la nomination de S.E Mohamed Bacar Dossar, comme nouveau patron de ce ministère, vitrine pour tout un pays.
Nul ne doute de ses capacités intellectuelles, sa compétence et sa maturité politique de pouvoir rehausser l’image des Comores plongée dans la sellette cinq ans déjà.
A la prise de fonction, le tout nouveau ministre, s’est engagé avec l’appui du gouvernement d’iman Azali Assoumani en faveur d’une résolution de la situation des comoriens de Mayotte.


Ce n’est plus un secret polichinelle, les Comores dépendent presque de tous les pays, raison pour laquelle, le nouveau ministre orient sa politique vers une diplomatie ouverte, une diplomatie pour le développement économique de notre pays et une coopération étroite gagnant – gagnant avec tous les pays du monde, en renforçant nos relations avec les pays amis des Comores, l’uman arabe et les organisations internationales.


La grande mobilité ne suffit pas d’être chef d’une diplomatie, mais avoir aussi le sens d’une conciliation des connaissances politiques, juridiques, historiques et économiques étendues.


Notre diplomatie doit certes encourager et impulser l’émergence de développement économique, s’ouvre davantage au monde arabe, asiatique, Afrique de l’Est, c’est la voie  d’atteindre les objectives politiques et sécuritaires.


Incontestablement, S.E iman Azali Assoumani, Président de l’Union des Comores en collaboration avec S.E Ahmed Abdallah Mohamed Sambi, n’aménageront aucune effort pour le renforcement des coopérations arabo-comoriennes, sino-comoriennes etc.

Youssouf Ismael Mmadi
UN DIPLOMATE  CHEVRONE AU SERVICE DE LA NATION




 

Powered by Comores infos