You are here: Home » Actualités » Un fax de l'au-delà : les anciens présidents ont rendu visite à M. AlI Mroudjae

Un fax de l'au-delà : les anciens présidents ont rendu visite à M. AlI Mroudjae

 Un fax de l'au-delà : les anciens présidents ont rendu visite à M. AlI Mroudjaemou
 Accueilli par l’ange moukar-nakiri, celui l’a ordonné de se reposer car il a eu vend de la situation qui prévaut dans l’archipel des Comores depuis 3 ans.

 Après des beaux et loyaux services, l’ancien 1er Ministre, Ali Mroudjae, nous a quitté le 2 mai dernier, que Dieu lui accorde le repos eternel…

Dès son arrivée dans le monde invisible, ces amis et anciens présidents qui nous ont quitté, il y a longtemps, se sont précipités pour aller lui rendre visite et parmi eux , il y avait le président Said Mohamed Cheik, le président Ahmed abdallah, le prince Said Ibrahim, le président Ali soilihi, le président Mohamed Taki, le président Said Mohamed Djohar, le prince Said Mohamed Djanfar.

Tous contents d’avoir des nouvelles du pays qu’ils ont tous laissé dans un état de déliquescence économique, culturelle et sociale. Pendant cet accueil réservé au nouveau venu, nos ancêtres présidents se sont lancés dans une espèce de conférence de presse couverte par les anges de l’au-delà:

Alors, M.Mroudjae, quelles sont les nouvelles du pays et est-ce que « le anda » est toujours d’actualité, demandait le président Ali Soilihi ? – Ah le pays va mal, rétorqua le nouveau venu au paradis. Le pays est sous une dictature, conduite le colonel Imam.
 – A bon parce que maintenant il y a des colonels imams, ajouta le mongozi ?
 – Bien sur que tout est différent là-bas !
– Ahmed Abdallah lui demande à son tour: Est-ce que les comoriens parlent-ils un peu de nous ?
– Arrêtez de rêver M. Abdallah ! Soyez en rassurés qu’on ne parle plus de vous. On vous a tellement oublié au point que vos enfants sont devenus des simples maires des petites communes. Les comoriens ne parlent que de trois personnes tous les jours : Ali Soilih parce qu’il a laissé les moudiriyas et les deux citations philosophiques ( unutsimsadjadja et yé tareha ndo hakim), puis du président Cheik pour son lycée de Moroni et du prince Saïd Ibrahim parce qu’il le bâtisseur de l’aéroport de Hahaya et d’ailleurs le dictateur a voulu récemment supprimer son nom sur cette œuvre. Mais amis, c’est bazar là-bas, aucune morale, les valeurs traditionnelles sont bafouées, bref tout le pays est devenu un champ du désordre. C’est un désastre mes amis.

– Mais qui gouvernement les Comores maintenant, demanda Taki ?
– On dirait que vous ne suivez pas , président Taki ? C’est un certain Colonel imam Azali. Le gars est dangereux. Il ne rigole pas du tout, un vrai psycho, qui est passé maître dans l’art de faire des complots. Il tue et emprisonne les gens qui ne sont pas d’accord avec lui. Bref il prend un malin plaisir à savourer la torture de ses ennemis.

 – Tadjidine ben Masoudi: Alors le peuple ne se révolte pas ?
 – Mais c’est du sérieux, une vraie dictature. Tout le monde est terrorisé, l’opposition écrasée à l’intérieur du pays. Seule la diaspora manifeste tous les dimanches à Paris, Marseille, Lyon, Nice etc. C’est d’ailleurs le seul espoir pouvant ramener la démocratie et chasser le dictateur putschiste. Qu’ Allah VIENNE en aide en faveur du peuple comorien ! Amon ! Messieurs les présidents, il falloir qu’on fasse un doua pour le pays ! Baya ngizo dziro. Un doua il faut voir ça avec foudhi Jibril car nous sommes déjà mort, ajouta le prince Djanfar. Et d’ailleurs c’est aux vivants d’envoyer des doua à leurs morts.

Propos recueillis par Mounkar-nakir les anges de l’au- delà.
Mbadakomé

Powered by Comores infos