You are here: Home » Actualités » Un Franco-comorien contre l’appel au boycott de la réception du 14 juillet

Un Franco-comorien contre l’appel au boycott de la réception du 14 juillet

​Abdou Mohamed Ahmed Djaé un franco-comorien dénonce le boycott annoncé par certains parlementaires pour la fête française du 14 juillet à laquelle ils sont conviés, craignant les risques diplomatiques qui en découleront.

L’appel lancé par certains députés pour boycotter l’invitation de la représentation diplomatique française à Moroni pour la fête du 14 juillet, ne fait pas l’unanimité au sein de l’opinion publique. Abdou Mohamed Ahmed Djaé dénonce et croit qu’il serait inadmissible que les élus comoriens « boycottent un événement très important pour nos amis français », dit-il.

A l’entendre, il serait anormal « d’entendre parler de boycott de la fête nationale du 14 juillet, en prétendant trouver une solution à la situation sociale qui se dégrade de plus en plus à Mayotte et qui entraîne des expulsions massives de nos compatriotes vers Anjouan ».

M. Ahmed Djaé a tenu à rappeler que le « peuple comorien fête tous les ans le 6 juillet ainsi que le 14 juillet, et ces fêtes aux yeux des comoriens sont symboliques, car à titre de rappel, certains parmi nos compatriotes sont morts sous le drapeau français pour la libération de la France. Tout cela témoigne les liens qui existent depuis longtemps entre la France et les Comores, qui ont en partage la langue française, les échanges socio- économiques, les liens historiques et notre culture commune ». Selon lui, « la fête nationale du 14 juillet est un grand événement convivial où la culture est libre, boycotter l’événement en signe de protestation n’est pas digne d’un pays de liberté et de démocratie comme le notre ».

Pour la situation à Mayotte, ce franco-comorien dit condamner le « silence assourdissant du coté du gouvernement français et celui des Comores ». D’après lui, les deux gouvernements devraient s’engager à trouver une solution face à cette situation dramatique qui prévaut à Mayotte. Il souhaite au passage la mise en place d’une commission mixte incluant des élus Mahorais pour une discussion sans passion aucune.

Abdou Mohamed Ahmed Djaé s’est dit inquiet d’une affaire qui prend de « l’ampleur puisqu’une page facebook vient d’être créée appelant tout simplement au boycott de l’événement avec les risques diplomatiques que cela implique dans nos relations avec la France », a-t-il conclu.

Maoulida Mbaé/LGDC

Powered by Comores infos